Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Abed Charef Headshot

L'Algérie ne va pas si mal

Publication: Mis à jour:
MAKHLOUFI
ERIC FEFERBERG via Getty Images
Imprimer

C'est la rentrée. Il faut être positif, il faut avoir la pêche et arrêter de se plaindre. Après tout, l'Algérie ne va pas si mal.

Positiver. Il faut positiver. Regarder le verre à moitié plein, plutôt que le verre à moitié vide. Parler des médailles de Toufik Makhloufi, plutôt que de la polémique qu'il a provoquée.

Evoquer, à longueur d'année, ces plaies de l'Algérie que sont la corruption, la mauvaise gestion et les gaspillages, n'est pas très productif. Ça peut même participer à une sorte d'œuvre de démoralisation collective. Ressasser, chaque semaine, ces défaillances qui s'apparentent à des crimes, rappeler ces échecs répétés dont personne ne veut tirer les leçons, insister, dans chaque écrit, ces solutions qui font consensus mais qu'aucune institution, ni aucun responsable, n'ose engager, revenir chaque semaines sur ces situations absurdes, comme celle d'un chef d'Etat totalement absent : tout cela ne mène nulle part. Ça démoralise, ça relève d'un nihilisme destructeur, et ça ne règle rien, dit-on.

D'autant plus que de belles choses se font dans le pays. Pourquoi ne pas les voir ? Pourquoi ne pas évoquer cet immense effort dans le domaine du logement, qui serait sur le point de débarrasser l'Algérie de ses bidonvilles ? Pourquoi évoquer la baisse alarmante de la production de céréales, et oublier que le pays produit tellement de pomme de terre qu'il ne sait plus quoi en faire? Pourquoi insister sur un conseil des ministres qui ne se réunit pas et oublier que le pays est doté d'un parlement parmi les plus marqués par la présence de femmes, même si leur présence demeure symbolique ?

Stabilité

Et puis, dit-on, même à mi-chemin de ce pénible quatrième mandat, l'Algérie reste relativement stable, avec une sécurité largement assurée, dit-on. Parmi les pays qui, entre les années 1960 et la fin de la guerre froide, ont refusé de se mettre sous la bannière des Etats-Unis, l'Algérie est le seul pays à ne pas avoir sombré. Libye, Irak, Syrie, Yémen et Palestine sont à genoux, sur le point d'être démembrés.

Mais l'Algérie résiste. Elle a tenu le coup, elle a passé le cap le plus difficile, elle aurait simplement besoin de temps pour se reconstruire. Elle fait des choses immenses dans de nombreux domaines. Tiens, prenez le secteur automobile : l'Algérie est déjà en train de lancer la base d'une industrie locale, elle a divisé par quatre ses importations de véhicules. Elle s'apprête même à lancer un nouveau modèle économique, selon M. Sellal.

En admettant qu'il s'agisse là de prouesses -les économistes vont sourire en évoquant le nouveau modèle économique-, il faudrait rappeler deux évidences : d'abord, un dirigeant qui accomplit une œuvre positive n'a pas à être félicité. Il aura simplement "fait le job", ou, au mieux, il accomplit une promesse électorale. Il en sera remercié lors de l'élection suivante, si élection il y a.

Ensuite, l'expérience récente du pays a montré qu'un pays n'est pas riche seulement de son industrie et de ses usines, encore moins de son pétrole; il est riche par le savoir, par ses institutions, et par les règles en vigueur dans le pays, des règles auxquelles tout le monde est soumis, du chef de l'Etat au chômeur. Et en Algérie, c'est précisément l'échec institutionnel et moral qui devient la principale source d'inquiétude.

Paralysie des institutions

Sur ce terrain, l'affaire Dounia Parc a encore montré le gouffre dans lequel était plongé le pays. Un ministre de la république révèle une grave affaire de détournement dans la gestion d'un bien public. Quelles que soient les raisons qui l'ont poussé à faire ces révélations, il a cité des faits, énuméré des actes commis dans des lieux précis, donné des chiffres.

Dans n'importe quel pays au monde, les déclarations de M. Abdelwahab Nouri auraient déclenché des procédures connues : dépôt de plainte, enquête judiciaire, une multitude d'enquêtes journalistiques pour savoir qui a accordé quelle faveur à qui, enfreignant quelle loi, provoquant quel préjudice à la collectivité.

Quelles ont été les réactions en Algérie? Le ministre de la justice Tayeb Louh a suggéré à M. Nouri de s'adresser à la justice ! Le premier ministre Abdelmalek Sellal est allé plus loin, minimisant l'affaire et la réduisant à une simple erreur rapidement réparée. "L'erreur est réparée. On n'en parle plus", affirme M. Sellal, dont les propos ont été rapportés par la presse. Cette affaire "n'en est pas une", dit-il.

Non sens

Résumons-nous : dans un pays où le président est absent, l'exécutif s'est exprimé en ordre dispersé, provoquant une véritable cacophonie. Le législatif a gardé le silence, comme toujours. La justice n'a pas bougé. La presse, incapable d'enquêter, se rend compte de son impuissance et de la vanité de sa liberté. Circulez, il n'y a rien à voir. Le dossier est clos.

Ni les trois pouvoirs conventionnels, ni le prétentieux quatrième pouvoir, n'ont influé sur le cours des évènements, alors qu'il s'agit d'un "scandale", d'un "crime", selon les termes d'un ministre en exercice. Résultat : la défiance des citoyens envers le pouvoir, qu'on croyait arrivée à son paroxysme, a encore de la marge.

Non seulement le citoyen n'a plus confiance, mais il constate que ceux qui sont chargés de gérer les affaires du pays ne font rien. Face à l'adversité, il encaisse, il contient sa colère, jusqu'au moment où il a l'opportunité d'exploser. Cela débouche sur l'absurde : à Annaba, des habitants en colère ont brûlé un train, après qu'un passant ait été happé par la locomotive, selon des informations de presse.

Comment positiver quand le non sens atteint cette ampleur?

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.