Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Abed Charef Headshot

Quand la justice refuse de faire son travail, la rue est appelée à la suppléer

Publication: Mis à jour:
KHELIL ZAOUIA
Chakib Khelil s'est invité à la waâda de Sidi Abdellah Reggani à Adrar | Facebook
Imprimer

Nekkaz contre Khelil. La rue contre l'absence de la justice. Inexorablement, l'Algérie bascule vers un modèle où l'Etat est contesté, car confondu avec le pouvoir.

Le non-Etat est en marche. En ce printemps 2016, chaque jour apporte un indice supplémentaire dans le démantèlement de ce qui fait l'Etat algérien.

La gouvernance, le vivre-ensemble, les institutions et les valeurs communes sont attaqués de manière si méthodique qu'on finit par se demander s'il s'agit d'un simple engrenage que personne n'est en mesure de contrôler, encore moins de contrer, ou, au contraire, si c'est le fait d'un plan méticuleusement mis en pratique, un "complot ourdi" par quelque force du mal qui veut "détricoter" l'Etat algérien?

Il n'est même pas nécessaire, ici, d'évoquer les faits politiques de premier plan, comme l'absence physique du chef de l'Etat ou l'absence de réunion du Conseil des ministres pendant des mois. Non. De simples actes, parfois d'une grande banalité, collectés au milieu de la semaine, suffisent pour révéler des comportements défiant la loi et les valeurs qui permettent à une société d'avancer.

Qu'ils soient le fait de représentants du pouvoir, de l'opposition ou de la rue importe peu, car le résultat est le même : la rue ne respecte plus un pouvoir devenu si faible qu'il ne parvient plus à exercer son autorité.

A Adrar, des lycéens sont sortis dans la rue pour protester contre le calendrier des examens. Il fait trop chaud en juin, disent-il. Il faut avancer les examens au mois de mai, ce qui signifierait, concrètement, que l'année scolaire s'arrêterait en avril.

L'année serait ainsi amputée de cinq mois. Anti-pédagogique, irrationnel, disent les pédagogues. Mais qu'importe. Les protestataires, des élèves cette fois-ci, ont appris que les autorités finissent toujours par céder sous la pression. Alors, ils occupent la rue, et ils y restent.

Légitimité

Populisme et démagogie ont fait le reste. Des parents d'élèves soutiennent les revendications de leurs enfants, selon des écrits de presse. Sans se rendre compte de l'absurdité de la demande. Députés et sénateurs sont à leur tour entrés dans le jeu. Ils revendiquent, ils exigent des mesures urgentes pour avancer les dates d'examen.

Face à eux, les représentants de l'Etat se font tout petits. La ministre de l'Education, en position délicate et attaquée de toutes parts, ne sait plus quel brasier affronter, elle qui part avec un handicap de fond : c'est une ministre du quatrième mandat.

Quant à l'administration locale, elle est tiraillée, comme toujours, entre deux tendances : agir, pour survivre, et ne rien faire, précisément pour éviter de porter le chapeau. C'est le chemin le plus court pour achever le peu de légitimité qui lui reste.

Ce manque de légitimité est d'ailleurs au centre de tous les problèmes. C'est cette légitimité des représentants de l'Etat que remettent en cause les enseignants contractuels quand ils exigent que l'examen pour le recrutement d'enseignants soit organisé de la même manière que le bac.

Sous-entendu : l'examen est une simple procédure destinée à avaliser des recrutements décidés ailleurs. La conclusion est terrible : le futur enseignant ne fait confiance ni à l'administration en place ni à l'enseignant en exercice, considéré comme complice d'une tricherie à grande échelle.

Injustice et bureaucratie

A El-Asnam, dans la wilaya de Bouira, c'est un fait divers qui a enflammé la ville. Un jeune homme a été passé à tabac par des policiers, toujours selon les comptes rendus de presse. Une injustice, encore une autre. Les policiers ont oublié qu'ils incarnaient l'Etat. Ils ont fait valoir la force face à un homme en situation de vulnérabilité, lui causant de sérieuses blessures.

Résultat : deux jours d'émeute et des dégâts psychologiques graves, avec une frange de la population aujourd'hui convaincue que les représentants de l'Etat ne sont pas dignes de leur fonction et que le seul moyen de se faire entendre et d'obtenir que justice soit faite est de brûler la ville.

A Bejaïa on ne se contente pas de si peu. On ferme à la fois la route nationale et la voie ferrée. Toujours selon la même logique : face à l'administration, seul le rapport de force finit par payer.

Nekkaz contre Khelil

Mais peut-on reprocher à ce que Sofiane Djillali menace de considérer comme une "peuplade", peut-on lui reprocher de se comporter de manière si peu institutionnelle quand les hommes du pouvoir font pire?

Chakib Khelil, membre du premier cercle du président Bouteflika pendant une décennie, ne s'est pas contenté de saper le crédit de Sonatrach et de la justice. Il s'est attaqué aux zaouïas. Quel que soit le point de vue qu'on puisse avoir sur les zaouïas et sur leur rôle historique, le choc est brutal.

Car pour une frange importante de la population, les zaouïas constituaient une sorte de repère, de refuge, un centre de spiritualité, arborant des valeurs nobles, comme la piété, l'austérité et détachement envers les biens matériels.

M. Chakib Khelil a réussi à les sortir de cette sorte de neutralité, pour leur enlever toute crédibilité. Elles subissent le même sort que les partis et les associations : désormais, on peut créer une PME, une association ou une zaouïa, selon l'humeur du moment.

Le comportement de M. Khelil a eu comme premier résultat de pousser M. Rachid Nekkaz à faire appel à la population, l'inviter à chasser l'ancien ministre de l'Energie, et à l'empêcher de souiller une zaouïa. Quand la justice refuse de faire son travail, la rue est appelée à la suppléer. C'est une option destructrice, mais c'est la seule qui reste. Quitte à démanteler ce qui reste de l'Etat algérien.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.