Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Abdellah Tourabi Headshot

Les législatives imprévisibles du 7 octobre

Publication: Mis à jour:
ABDELILAH BENKIRANE 2016
AFP/ASSOCIATED PRESS
Imprimer

LÉGISLATIVES - Les élections d'aujourd'hui sont de loin les plus passionnantes et les plus intéressantes, depuis des décennies. Je répète ce que j'ai écrit et dit précédemment: personne, mais vraiment personne n'est en mesure de dire ou de prévoir leur issue et les résultats de ce soir. Elles ont un caractère imprévisible, qui est synonyme de bonne santé politique, à condition que tout le monde accepte les règles du jeu démocratique: l'Etat, les partis politiques et les citoyens.

Mais en l'absence de prévisions solides et de sondages, on peut quand même établir des scénarios en partant des données des élections de 2011 et de 2015, et le postulat de l'existence de deux grandes forces politiques qui s'affrontent: le PJD et le PAM. Le parti de Benkirane est évidemment le (grand) favori.

Scénario 1: Un raz de marée du PJD

Ce scénario, à mon humble avis, est improbable en raison de la nature du scrutin par liste qui empêche l'émergence d'un parti dominant et hégémonique, et aussi car le PJD n'est pas suffisamment bien implanté dans le monde rural. Mais s'il se réalise, Benkirane sera le maître du jeu politique au Maroc. On assistera probablement à une période de tension et une cohabitation difficile entre le palais et le chef du gouvernement.

Scénario 2: Une victoire du PJD, qui ressemble à celle de 2011, avec un net avantage sur le PAM (30 à 40 sièges)

Benkirane sera alors dans une position confortable pour composer ses alliances, et le PAM risque alors de disparaître ou au moins de s'affaiblir car son offre politique n'a pas fonctionné et sa raison d'être de "PJD killer" n'a plus d'utilité. La reconduction de Benkirane à la tête du gouvernement serait alors une option plus que probable.

Scénario 3: Le PJD arrive en tête avec un léger avantage sur le PAM (5/15 sièges de plus)

C'est le scénario le plus logique et vraisemblable. La capacité de négociation de Benkirane sera réduite, et Ilyas El Omari aura réussi une grande partie de son pari. Les négociations pour la composition du gouvernement seront difficiles, et le PJD pourrait alors présenter un autre candidat pour diriger l'Exécutif (Othmani, Ramid...). D'autres options seront également posées (un chef de gouvernement non-partisan, gouvernement d'unité nationale...).

Scénario 4: Le PAM remporte les élections

Ilyas El Omari champion du monde poids lourds en stratégie politique, Benkirane jouera sa survie politique, et les candidats à la fonction de chef de gouvernement seront plus nombreux que les candidats à Master Chef. Mais le PJD à l'opposition sera une "bête" blessée et humiliée, et surtout s'il garde sa force au parlement et son influence dans les médias et les réseaux sociaux.

Scénario 5: L'apocalypse.

LIRE AUSSI: EN DIRECT - A midi, un taux de participation de 10% aux élections législatives au Maroc