Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

A. Z. Headshot

Barrage de chauffeurs de taxis à la gare d'Agdal, un cauchemar pour le voyageur

Publication: Mis à jour:
TAXIS RABAT
Imprimer

TRANSPORT - A l'heure où l'on remet à neuf les gares ferroviaires dans le royaume, il est un élément qui demeure invariablement archaïque et plombe même l'image du Maroc aux yeux des visiteurs et touristes étrangers. Une simple tentative de sortir de la gare d'Agdal à Rabat, entre autres, peut se transformer en véritable cauchemar pour le voyageur.

En effet, une horde de conducteurs de taxis bloque littéralement les sorties de la gare dans un chahut indescriptible. Motif de ce capharnaüm: une course aux clients qui se retrouvent victimes malgré eux de ce manège quotidien.

"En essayant de me frayer un chemin de sortie de la gare d'Agdal, je me suis retrouvé pris à partie par les taxieurs. L'un deux m'a même agressé physiquement et verbalement, menaçant d'écraser sa cigarette dans mon œil", se plaint un usager de l'ONCF avant de surenchérir: "ce manège est quotidien et c'est à chaque fois un vrai chemin de croix que de sortir de la gare".

Responsabilité de l'ONCF

Le pire, c'est que les agents de sécurité censés assurer le confort des voyageurs restent de marbre devant les agissements outranciers des chauffeurs de taxis. "Quand on interpelle les agents de sécurité pour libérer les sorties de la gare, ils vous disent de vous adresser au chef de gare. Celui-ci refuse de prendre les dispositions adéquates et vous invite à son tour à vous adresser à la police", déplore un autre usager de l'ONCF victime des désagréments causés par les taxieurs.

Certes, il suffit de voir une estafette de police pointer à l'horizon pour que ces derniers détalent. Toutefois, le manège reprend de plus belle dès que celle-ci disparaît. En tout état de cause, la responsabilité du confort des voyageurs est du ressort de l'Office nationale des chemins de fer qui ne semble pas, pour le moment, prendre ce sujet au sérieux.

Pourtant, il en va même de l'image du Maroc. En effet, bon nombre de visiteurs et de touristes étrangers assistent incrédules, et font même parfois les frais, de ce spectacle déplorable. Il est donc grand temps d'agir, car rien ne sert de refaire les murs à neuf si les conditions basiques de confort des usagers ne sont pas assurées.

LIRE AUSSI: