La médecine tunisienne perd l'une de ses icônes: Dr. Brahim El Gharbi n'est plus

Publication: Mis à jour:
BRAHIM GHARBI
Brahim Gharbi/ Facebook
Imprimer

La Tunisie a perdu, lundi, l’un de ses plus importants professeurs en médecine, Dr. Brahim El Gharbi.

Président du Croissant Rouge Tunisien et père de la pneumologie et de la lutte contre la tuberculose en Tunisie, Dr. Brahim El Gharbi s’est éteint à l’âge de 98 ans dans sa ville natale Kélibia.

Connu pour son patriotisme et son amour pour la médecine, Brahim El Gharbi a marqué des générations de jeunes médecins par son altruisme, son dévouement pour la science et ses recherches scientifiques notamment sur la tuberculose et les maladies broncho-pulmonaires.

Ancien membre du Comité Supérieur des Droits de l’homme et de libertés fondamentales, il a été désigné président d’honneur du Conseil National de l’Ordre des Médecins de la Tunisie.

Il a été à l’origine de la création de l’hôpital militaire de Tunis, puis de l’Institut de pneumo-phtisiologie de l’Ariana qu'il a dirigé pendant près de 20 ans.

Il a également été membre de l'Union internationale contre la tuberculose (UICT) et de sa commission scientifique pour les maladies respiratoires, dont il a présidé la région Afrique en 1984. Dr Brahim El Gharbi a reçu, durant sa carrière, plusieurs prix et distinctions, dont le Prix Bourguiba de médecine en 1984 et le Prix de la société arabe de médecine en 1993.

Plusieurs personnes ont exprimé, sur les réseaux sociaux, leur profond chagrin pour “la perte d’un grand homme”, une “icône de la médecine tunisienne et un symbole de l'amour de la patrie".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.