Les artistes choisis par les Obama pour leur portrait officiel vont sérieusement dépoussiérer le genre

Publication: Mis à jour:
KEHINDE WILEY AMY SHERALD
KEHINDE WILEY / AMY SHERALD
Imprimer

ÉTATS-UNIS - La cérémonie, qui intervient traditionnellement un an après le départ de la Maison-Blanche, ne crée d'habitude pas spécialement l'événement. Cette année, elle attise cependant les curiosités.

Ce lundi 12 février, la National Portrait Gallery va dévoiler les portraits officiels de Barack et Michelle Obama, et certains ont hâte de découvrir ces deux peintures qui ne devraient pas manquer de trancher avec le style qui recouvre principalement les murs de ce musée de Washington.

Pour les représenter dans cette prestigieuse galerie du Smithsonian Institut qui abrite les sobres et très classiques portraits de tous les dirigeants américains, l'ancien président démocrate et son épouse ont effet choisi des artistes montants à la fois afro-américain et adeptes de l'art contemporain.

Kehinde Wiley

Les présidents américains précédents ont en règle générale opté pour être représentés de façon relativement austère sur leur portrait officiel: un style réaliste pour montrer un homme en costume sans couleurs trop vives. Seuls JFK et Bill Clinton ont osé apporter une vraie touche de modernité à ces peintures.

Une volonté de dépoussiérer le genre dans laquelle s'inscrit clairement Barack Obama avec Kehinde Wiley, peintre noir et ouvertement gay de 40 ans qui s'est fait un nom grâce à ses tableaux représentant des personnages afro-américains dans des poses héroïques, réinterprétant souvent par la même occasion des œuvres connues.

Chad Nurse as General John Burgoyne, 2017 Oil on canvas 72 x 60 in

Une publication partagée par Kehinde Wiley (@kehindewiley) le

Kehinde Wiley tend ainsi à remédier à l'absence de visages non blancs dans les chefs d'œuvres. "La plupart des œuvres que l'on voit dans les musées du monde entier sont peuplées de personnes qui ne me ressemblent pas. En grandissant, j'ai adulé et étudié ces grands tableaux européens mais j'avais aussi envie d'y trouver quelque chose qui m'en rapproche", confiait-il en 2016.

Sur son site internet, ce peintre originaire de Los Angeles maintenant installé à New York explique que ses personnages truculents viennent aussi bousculer les codes du portait peint classique, souvent en rendant floues les limites entre les représentations traditionnelles et contemporaines mais aussi en remettant en question la vision traditionnelle de la virilité chez les jeunes hommes noirs.

Amy Sherald

Michelle Obama, elle, souhaite faire souffler un vent de modernité et de diversité dans le musée en faisant appel à Amy Sherald. L'artiste de 44 ans installée à Baltimore, à la notoriété grandissante, ne travaille que des sujets afro-américain.

Elle s'est fait remarquer pour ses portraits de plain-pied, grandeur nature, où la peau de ses sujets est peinte avec différentes teintes de gris ce qui a pour effet de rendre vêtements, accessoires et décors particulièrement vibrants.

Comme le note le site GalleryGurls lors d'un entretien avec l'artiste, ses portraits -calmes et pourtant forts- cherchent ainsi à utiliser l'échelle de gris choisie pour la peau et le contraste des couleurs éclatantes sur les autres éléments pour remettre en question la manière dont chacun s'identifie à une ethnicité, une classe ou un genre.

New work @ Monique Meloche LES March 3 -5, 2017 #armoryweek 2 Rivington St. New York, New York

Une publication partagée par Amy Sherald (@asherald) le

Sherald a elle aussi étudié l'histoire de l'art européen et a été amenée à la même conclusion que Kehinde Wiley: "il y a trop peu d'entre nous" sur ces œuvres, expliquait-elle en 2017 au New York Times, qui lui consacrait un article quand il a été annoncé qu'elle ferait le portrait de Michelle Obama.

La peintre, qui n'avait jamais rencontré la première dame, a évidemment été honorée d'avoir été choisie. Michelle Obama "est un modèle dans lequel de nombreuses femmes peuvent se voir, quels que soient leur poids, leur taille, leur couleur. On voit le meilleur de nous-même en elle", décryptait l'artiste.

LIRE AUSSI: