L'UGTT appelle le gouvernement à adopter une série de mesures contre le classement de la Tunisie sur liste noire par l'Union Européenne

Publication: Mis à jour:
UGTT TUNISIA
TUNIS, TUNISIA - MAY 1: People take part in a demonstration to mark May Day, International Workers' Day outside the headquarters of the Tunisian General Labour Union UGTT in Tunis, Tunisia on May 1, 2017. (Photo by Yassine Gaidi/Anadolu Agency/Getty Images) | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) est revenue, dans un communiqué publié vendredi, sur le classement de la Tunisie dans la liste noire de la Commission européenne des pays tiers considérés comme présentant des déficiences stratégiques dans leurs régimes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en le qualifiant d' "un coup dangereux" porté à l’économie tunisienne, qui va empirer la crise économique du pays.

Les conséquences d'un telle décision seront périlleuses, met en garde la centrale syndicale.
Tout en voyant dans cette décision de l'UE un moyen de pression sur la Tunisie pour qu'elle adopte des réformes libérales et impopulaires, l'UGTT fustige "le relâchement et l’absence d’une stratégie et d’une volonté politique claire pour des choix politiques, économiques et des réformes tangibles".

Et d'ajouter que cette décision montre également les défaillances dans la coordination entre les institutions de l’État, la fragilité des dispositifs de la politique financière et bancaire de la Tunisie, et une économie réelle minée par la contrebande, l’inflation, l’économie informelle, et la progression des transactions financières en liquide, soit en dinar soit en devises, via des circuits illégaux (...). Tous ces élément facilitent les opérations de blanchiment de fonds et servent de couverture pour le financement suspect des partis et associations".

L'UGTT a formulé des recommandations à adopter par le gouvernement tunisien. Elles consistent à constituer une commission indépendante pour évaluer le contrôle bancaire, les travaux de la commission des analyses financières, et de prendre des mesures pour réhabiliter le rôle de la banque centrale en poussant notamment vers la modernisation de l’administration et sa numérisation.

La centrale syndicale appelle à adopter une série de lois portant sur la déclaration du patrimoine et la lutte contre l’enrichissement illicite, à maîtriser les transactions monétaires ne dépassant pas les 5 mille dinars et à imposer la facturation électronique.

L'UGTT réclame la révision des exonérations fiscales, le renforcement des opérations de contrôle de l’entrée des devises et leur introduction dans les circuits officiels, l’arrêt du recouvrement de l’impôt en espèce par les services d’impôts et de la douane, et un meilleur qu'un contrôle des revenus du tourisme et de l’exportation ainsi que du financement des associations et des partis.

La Tunisie et deux autres pays en l’occurrence le Sri Lanka et Trinité-et-Tobago ont été ajoutés mercredi sur la liste noire des États susceptibles d’être fortement exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme, selon un communiqué publié, mercredi, sur le site du Parlement Européen.

"Une décision injuste, hâtive et unilatérale", a estimé la Tunisie dans un communiqué rendu public par le ministère des Affaires étrangères.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.