Rififi à l'Assemblée en marge d'une réunion sur une proposition de loi criminalisant la normalisation avec l'entité sioniste (VIDÉOS)

Publication: Mis à jour:
TUNISIA PARLIAMENT
A general view shows Tunisian officials attending a meeting to present to parliament the outline of the 2018 budget, on November 21, 2017, in Tunis. / AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Alors que la commission des droits et libertés était réunie afin de discuter la proposition de loi portant criminalisation de la normalisation avec l'entité sioniste, la tension est montée entre plusieurs députés notamment Aymen Aloui du Front Populaire et Mohamed Ben Souf de Nidaa Tounes rapporte Mosaïque Fm.

Si tout a commencé par un échange verbal tendu comme le montre la vidéo ci-dessous d'Al Bawsala (à partir de 16:39), la suite a été plus mouvementée.

Après la levée de la séance pendant une dizaine de minutes, les tensions se sont emparés des couloirs de l'ARP où menaces et intimidations ont continué comme le montre Mosaïque FM dans la vidéo ci-dessous.

Selon la radio, l'opposition a reproché au président de l'Assemblée Mohamed Ennaceur de vouloir faire trainer le plus possible l'adoption de cette loi.

"Aujourd'hui, il y a des micmacs dans cette affaire. La commission a demandé à ce qu'un représentant de la présidence de la République soit auditionné, or le président de l'Assemblée n'a pas informé la présidence de la République. La commission a également demandé à auditionner un représentant du ministère des Affaires étrangères mais le président de l'Assemblée n'a pas informé le ministère" a expliqué le député du bloc démocrate Zouheir Maghzaoui.

"L'information sur cette réunion n'a pas été mise en ligne par l'ARP. Les journalistes n'ont pas été informés sur la réunion de la commission concernant la criminalisation de la normalisation avec l'entité sioniste. Qu'est-ce que ça montre? Qu'il y a une volonté réelle du président de l'ARP et de ceux qui se cachent derrière lui de ne pas faire passer cette proposition de loi" a-t-il accusé.

En effet, selon Al Bawsala, l'Assemblée n'a pas communiqué sur la tenue de cette réunion sur son site officiel ce qui constitue une infraction à l'article 76 du règlement interne de l'Assemblée.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.