JO d'Hiver: Samir Azzimani, le skieur marocain tout terrain

Publication: Mis à jour:
SAMIRSKIDEFOND
Samir Azzimani
Imprimer

JEUX OLYMPIQUES D'HIVER - Plus que deux jours avant le début des Jeux Olympique d'Hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud. Si le ski n'est, pour citer Gad Elmaleh, "pas le sport national", le Maroc est représenté par deux athlètes cette année, parmi lesquels Samir Azzimani. Ce franco-marocain avait déjà participé en 2010 aux JO de Vancouver, dans la catégorie slalom. Cette année, il fait son grand retour au club des olympiens mais dans une nouvelle catégorie: le ski de fond. À cette occasion, il signe également une première: avant lui, jamais un athlète olympique n'était passé du ski alpin au nordique!

Quelques jours avant son départ pour la Corée du Sud, le HuffPost Maroc a interrogé l'athlète sur sa préparation, ses objectifs mais aussi son terrain d'entraînement peu commun: le désert marocain...

HuffPost Maroc: Comment vous êtes-vous préparé pour ces JO d'Hiver?

Samir Azzimani: Je suis en station depuis un peu moins de deux mois. Je travaille beaucoup parce que j'avais accumulé du retard à cause du manque de financement au niveau du ministère du Sport. Les financements ont tardé cette année en raison du retard de formation du gouvernement au Maroc, ce qui est compréhensible, mais je devais également trouver une solution pour m'entraîner. Heureusement, j'ai pu avoir une bourse olympique et depuis le 28 décembre dernier, un budget du ministère.

Le Comité Olympique a d'ailleurs fait des pieds et des mains pour me soutenir. J'ai aussi pu compter sur la solidarité des Savoyards, qui m'ont accueillis dans un centre d'entraînement. Beaucoup de choses se sont mises en place. J'ai un coach qui me donne un plan d'entraînement que je suis scrupuleusement. Vu que j'ai déjà un passif d'athlète de haut niveau, quand on me donne une consigne je la suis au maximum.

Les séances d'entrainement varient entre 10 et 21h par semaine, sachant que le ski de fond est un des sports les plus complets. C'est comme demander à un marathonien de courir 21h par semaine.

Est-ce que vous vous êtes fixé des objectifs pour les JO?

Je ne me suis pas entraîné comme un fou pour faire de la figuration. Certes il est clairement défini qu'on y va pour la médaille mais je vais donner le meilleur de moi-même. L'objectif est de ne pas craquer et précéder d'au moins 12 et 15 min le meilleur Français ou Norvégien, battre plusieurs nations dites "exotiques" et montrer que le Maroc n'est pas là pour faire de la figuration. Nous aussi nous avons gagné notre qualification comme les autres.

Que pensez-vous de la surprise de certains médias notamment de voir des pays "exotiques", comme vous dites, aux JO d'Hiver?

Quand j'ai skié à patins à roulettes dans le désert, j'avais invité plusieurs médias étrangers et on a parlé de cela dans le monde. J'ai prouvé que dans ce sport, nous n'avons pas nécessairement besoin de neige pour pouvoir évoluer. J'ai fait du ski au Maroc, entre Tarfaya et Zagora, en 2013, et j'ai également traversé le Maroc du Nord au sud, de Oujda à Laayoune. A l'époque, c'était pour essayer de me qualifier aux JO de Sotchi en 2014 mais je n'y suis pas arrivé parce que j'avais pas acquis le niveau. Cette fois-ci, je l'ai.

samir azzimani

Vous continuez à faire du ski dans le désert?

Je l'ai fait en novembre dernier, et je reviendrai. Je trouve que c'est génial de faire du ski à roulette au Maroc.

LIRE AUSSI: