L'ONSSA réagit à la polémique sur la qualité et la sécurité sanitaire du thé importé et commercialisé sur le marché national

Publication: Mis à jour:
TEA
Getty Images/iStockphoto
Imprimer

SANTE - L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) veut rassurer les consommateurs sur la qualité et la sécurité sanitaire du thé importé et commercialisé sur le marché national.

"Suite à la publication par certains médias d’informations faisant état de présence de thé non conforme sur le marché national, l’ONSSA n’a fait aucune déclaration de mise en garde sur la présence de substances toxiques dans le thé commercialisé sur le marché national", a expliqué l'Office dans un communiqué.

"Dans le cadre de ses missions de surveillance de la qualité des produits alimentaires, l’ONSSA procède à un contrôle systématique à l’importation", note le texte, soulignant que ce contrôle permet "de s’assurer que le thé importé est conforme aux normes nationales et internationales et présente les garanties sanitaires nécessaires".

"Lorsque le contrôle décèle des non-conformités, les produits ne sont pas autorisés à accéder au marché national et sont par conséquent refoulés", ajoute la même source.

"Le contrôle effectué par l’ONSSA sur le thé, à l’instar de tous les produits alimentaires importés est soumis à des procédures et à des méthodes strictes, couvrant tous les aspects de la sécurité sanitaire des produits alimentaires et permettent de garantir la conformité et la salubrité des produits mis sur le marché national", note le communiqué.

Contaminations par pesticides et substances naturelles

Une polémique qui fait suite à la reprise par plusieurs médias d'un article, datant du mois de novembre 2017, du magazine 60 millions de consommateurs.

Comme le rapporte le Parisien, le magazine a testé 26 thés différents, dont certains sont également commercialisés au Maroc, et a conclu que "tous contiennent, dans des quantités variables, des pesticides". Parmi les produits visés on retrouve notamment la marque Dammann Freres, où "la trace de 17 produits différents a même été constatée dans les sachets de 'thé noir parfumé - Earl grey - Ym Zhen'", rapporte la même source.

Le rédacteur en chef de 60 Millions de consommateurs, Benjamin Douriez, a cependant précisé sur les ondes de la radio française Europe 1 que "ce sont des quantités faibles de pesticides, qui sont, pas tous le temps mais la plupart du temps, inférieures aux limites autorisées".

Le magazine alerte également sur la présence d'autres produits dans ces thés comme "l’arsenic, du mercure et surtout des alcaloïdes, une molécule naturelle mais toxique". Selon une journaliste du magazine citée par Le Parisien, la présence de contamination naturelle dans ces produits serait dû au fait que "lors de la récolte, si le thé est mal trié, des mauvaises herbes peuvent rester parmi les feuilles et secréter ces substances alcalogènes qui sont cancérigènes pour l'homme". Des substances, comme le précise Benjamin Douriez à Europe 1 peu encadrées en Europe.

Pour éviter tout effets néfastes, l'association recommande aux consommateurs de se tourner de préférence vers les thés bio, même si ces derniers contiennent également des traces de pesticides et contaminations naturels. Autre recommandation selon les spécialistes, changer de marques de thés régulièrement, soit une fois par mois.

LIRE AUSSI: