Nidhal Saadi: Vous le connaissez acteur dans "Awled Moufida", le voici en humoriste confirmé "Diplomatiquement Incorrect" (INTERVIEW)

Publication: Mis à jour:
NIDHAL SAADI
Facebook/Nidhal Saadi
Imprimer

Son personnage dans la série "Awled Moufida" a eu un succès fulgurant, Nidhal Saadi retourne cette fois à ses premiers amours, l'humour avec un one-man-show. L'acteur tunisien s'est fait en effet connaitre par ses nombreux passages dans l'émission de Laurent Ruquier "On ne demande qu'à en rire".

Nidhal Saadi est actuellement en tournée à Paris et dans les grandes villes en France, avec son spectacle "Diplomatiquement Incorrect". L'humoriste fera une escapade en Afrique également où il présentera son spectacle le 22 février à Abidjan en Côte d’Ivoire.

De quoi parle Nidhal Saadi dans "Diplomatiquement Incorrect" et quels sont ses projets? Il se livre au HuffPost Tunisie. Interview.

HuffPost Tunisie: Comment décrivez vous ce spectacle? Et en quoi est-il "Diplomatiquement incorrect"?

C’est un spectacle essentiellement autobiographique. Mais en abordant des choses que j’ai faites ou qui me sont arrivées, j’en profite pour parler de choses que tout le monde a déjà vécu.

"Diplomatiquement incorrect" parce que grâce à l’éducation de mes parents j’ai toujours essayé de faire les choses avec beaucoup de "tact", avec beaucoup de finesse, par peur de blesser ou de déranger, et donc avec beaucoup de diplomatie. Mais dans ma vie tout n’a pas toujours été beau et rose, tout n’a pas toujours été correct ou fait correctement. Moi non plus je ne suis pas toujours "correct".

D’autre part, je suis arrivé à Paris à l’âge de 10 ans avec une immunité diplomatique et je ne l’ai su que le jour où je ne l’avais plus. J’en parle dans mon spectacle.

Pourquoi ça devrait attirer le public français?

Ça peut attirer un public français parce que les situations dont je parle sont universelles. Ça peut attirer un public français parce que j’aborde également la révolution française, je ne fais pas vraiment de "private joke", quand des français viennent voir le spectacle, ils trouvent leur compte autant que les Tunisiens. Je parle également de la Côte d’Ivoire à travers un personnage, un ami avec qui j’ai grandi et qui était ivoirien.

Quels sont vos projets en Tunisie et en France, outre ce spectacle?

En Tunisie, j’ai un film de Nejib Belkadhi qui va sortir cette année où j’ai le premier rôle, et j’entame bientôt le tournage d’un deuxième film. En France, j’ai mon one-man-show avec lequel je tourne de ville en ville. D’ailleurs, je serai le 7 février aux "Feux de la Rampe" à Paris.

J’ai été récemment pris dans le rôle de Hamlet dans une pièce qui s’appelle "L’être ou ne pas l’être" dans laquelle je joue entre la Belgique et la France .

Pour l’instant je suis concentré ici sur la pièce et le one-man-show et j’attends de m’améliorer, de renforcer mes capacités, comme on dit de faire mes armes, avant d’attaquer les castings et l’acting en France.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.