Qu'est-ce qui préoccupe les jeunes? Ce pédopsychiatre y répond

Publication: Mis à jour:
TEEN PARENTS CONFLICT
Tetra Images via Getty Images
Imprimer

Ils sont le futur de la nation et l'évolution du pays dépend en partie d'eux. Pourtant, ils semblent former un groupe fermé propre à eux et inaccessibles aux adultes, qui eux ne les comprennent pas systématiquement, mais qui font de leur mieux pour comprendre leur mode de fonctionnement. On parle bien sûr des jeunes âgés entre 12 et 18 ans.

Alors, qu'est-ce qui préoccupe le plus ces jeunes? Le docteur Charfi, pédopsychiatre à l'Hôpital Mongi Slim y répond.

1) L'avenir professionnel: "D'après ce que je vois dans mes consultations, la première chose qui préoccupe les jeunes est l'avenir professionnel. C'est, en fait le sentiment que l'avenir est bouché, que les études, aujourd'hui ne mènent à rien, que le fait de travailler ne sert à rien. On a tellement parlé des diplômés-chômeurs, des difficultés économiques, et celles à créer son propre projet, que cela a donné place à l'impression qu'il n'y a pas de perspectives d'avenir. Et, ceci est encore plus souligné par le fait qu'on entend plus parler des difficultés que des réussites, qui sont pourtant nombreuses en Tunisie à se manifester souvent sous forme de 'Success stories'. Les jeunes se posent des questions telles que 'Pourquoi faire des études? Que faire comme études? Dans quelle voie doit-on s'orienter? Pour faire quoi après?' ".

2) L'incompréhension de la part des adultes: "Les jeunes ne sont pas compris par les adultes. Et ceci est lié aux changements survenus grâce aux réseaux sociaux et à l'apparition d'internet. Les préoccupent ont beaucoup changé. Ceci fait qu'il y a un gap générationnelle donnant place à une grande incompréhension de la part des parents, et des adultes en général".

3) Les apparences: "Les jeunes sont en quête de liberté, de changements. L'investissement dans leur apparence physique semble très important, et ceci peut être objet d'incompréhension de la part de leurs parents, surtout qu'on se trouve dans un contexte où notre apparence dépend beaucoup de la famille à laquelle on appartient. On peut faire référence ici à la question du voile, par exemple. Mais, l'investissement dans l'apparence physique reste quelque chose de tout à fait normale chez les adolescents. C'est une question qui reste importante dans cette étape de la vie".

Plusieurs autres sujets jugés "tabous" par docteur Charfi, préoccupent les jeunes d'aujourd'hui, mais ces trois points restent les plus importants dés le début de la période d'adolescence.

Reste, maintenant à se demander si les jeunes sont vraiment écoutés et s'ils trouvent la liberté d'expression dont ils ont besoin, dans notre société, pour être réellement compris.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.