"Tant que cette coalition au pouvoir est présente, on ne connaitra pas la vérité" sur la mort de Chokri Belaid déplore le Front Populaire

Publication: Mis à jour:
CHOKRI BELAID
Tunisians release balloons bearing portraits of slain opposition leader Chokri Belaid outside his house in Tunis on March 17, 2013 as they mark 40 days since his killing. Belaid, a critic of the ruling Islamists whose death plunged Tunisia into turmoil, was gunned down outside his home on February 6 in a killing blamed by the authorities on radical Islamists, denying any involvement. Several arrests in the case have been made, but the suspected killer remains at large. AFP PHOTO / FETHI BELAID | FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Plusieurs dirigeants du Front Populaire, qui organise une commémoration du 5ème anniversaire de la disparition de Chokri Belaid,se sont exprimé mardi en marge du 5eme anniversaire de l'assassinat du leader de gauche, assassiné devant son domicile le 06 février 2013.

Pour Hamma Hammami, porte-parole du Front Populaire, l'assassinat de Chokri Belaid "est un crime d'État par excellence confirmée par l'enquête menée depuis cinq ans et les entraves dressées pour ne pas connaître la vérité ne sont pas techniques mais purement politiques" a-t-il déclaré.

Selon lui, "la coalition au pouvoir regroupant Ennahdha et Nidaa Tounes a entravé le procès, notamment auprès du bureau d'enquête numéro 13", signalant "la disparition de pièces à conviction".

"Le mouvement Ennahdha assume une responsabilité politique, morale et pénale puisque ses partisans ont lancé des appels au meurtre de Chokri Belaid avant le 6 février 2013", a ajouté le leader du Front Populaire, excluant toutefois "le recours pour le moment à la justice internationale".

Il a souligné que le Front Populaire "est déterminé à poursuivre la pression pour faire éclater la vérité" en usant de tous les recours légaux et en plaçant ce dossier parmi ses priorités.

Pour le député, Aymen Aloui, "les arcanes du pouvoir s'emploient à camoufler la vérité et tourner définitivement la page" indique-t-il avant d'ajouter:"Mais le Front Populaire n'aura de cesse de poursuivre ses efforts pour connaître les auteurs réels des assassinats de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi", a-t-il assuré.

De son côté le député Ahmed Seddik déplore que "5 ans après son assassinat, rien n'a été révélé ni sur les assassins, ni sur les commanditaires".

"5 ans après, toutes les promesses de révéler la vérité se sont évaporées; et on savait qu'elles n'allaient pas être tenues. On savait que cela était impossible pour une coalition au pouvoir composée de deux partis politiques qui représentaient des adversaires au projet social, national, démocratique et civil de Chokri Belaid" ajoute Ahmed Seddik, ajoutant qu'au contraire cette coalition s'échange "les bons procédés" pour cacher la vérité.

"Le combat continue. Nous n'avons pas abandonné. Nous n'avons pas perdu espoir, mais tant que cette coalition au pouvoir est présente, on ne connaitra pas la vérité" conclut-il.

Farouche ennemi des islamistes, Chokri Belaïd a été assassiné devant son domicile le 6 février 2013. Les circonstances de son assassinat demeurent inconnues. La famille de Belaïd n'a cessé de pointer du doigt la responsabilité d'Ennahdha, au pouvoir à l'époque, dans ce meurtre. Le procès sur son assassinat traine toujours.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.