Sourire de Réda lance la campagne #Ana_M3ak pour la journée nationale de prévention contre le suicide

Publication: Mis à jour:
Imprimer

PRÉVENTION - L'association Sourire de Réda lance, dans le cadre de la Journée nationale de prévention contre le suicide le 5 février, une campagne médiatique de sensibilisation intitulée "#Ana_M3ak" ("Je suis avec toi") pour rassurer les jeunes en situation de détresse et leur apporter du soutien.

L'association s'était déjà exprimée récemment dans un communiqué autour de défis et challenges auxquelles s'adonnent certains jeunes en souffrance pour se donner ensuite la mort. Lors de précédentes campagnes, elle alertait sur la nécessité de parler pour se sentir mieux. Pour cette fois, ils ont souhaité axer leur communication sur le partage et l'entraide à travers deux visuels et des spots radios.

campagne

Sur les affiches réalisées par Mosaïk Communication, on voit deux mains liées, symbolisant un geste rassurant. "Nous souhaitions mettre en avant qu'un main bienveillante et tendue peut apporter une infime aide, de la part de n'importe qui, parents, amis, professeurs, personne lambdas. Il faut un émetteur et un récepteur, c'est ce que symbolise avant tout ce geste", explique Véronique Fima, directrice de l'association au HuffPost Maroc. Ces mains sont d'ailleurs celles de superhéros. Mais Sourire de Réda a une ambition plus modeste: s'ils ne sauveront pas le monde, ils espèrent contribuer d'une façon ou d'une autre à le rendre meilleur pour ces jeunes en détresse.

Le hashtag "#Ana_M3ak" qui accompagne les dessins est fédérateur. Le but? Créer un réseau, mobiliser à travers une campagne dans laquelle chacun peut se retrouver. "Ce hashtag a une portée très optimiste, nous n'avons jamais de communication morbide ou triste, on souhaite rester résolument positifs", poursuit la directrice de communication. "C'est un message qu'on martèle depuis toujours, nous sommes là pour eux, avec eux."

Au delà de cette campagne, Sourire de Réda effectue fréquemment des interventions dans des établissements scolaires pour sensibiliser à un fléau qui gagne du terrain. Ils sont également présents en ligne via un chat "Stop silence" qui permet à des jeunes enfants ou adolescents aux idées suicidaires, de discuter avec des bénévoles à l'écoute de leurs problèmes.

Le suicide, un sujet moins tabou

Considéré longtemps comme une thématique sensible, le suicide est de plus en plus abordé et la parole se libère. En 2014, l'OMS publiait, dans un rapport intitulé "Prévention du suicide: L’état d’urgence mondial", des chiffres conséquents sur le suicide au Maroc. En dix ans, le taux aurait grimpé de 97,8%, avec plus de 1.628 cas dont 1.431 commis par des hommes et 198 par des femmes, selon le rapport. D'après une étude du ministère de la Santé en collaboration avec l’hôpital Ibn Rochd, 16% de la population marocaine aurait déclaré avoir des tendances suicidaires.

Mais les chiffres les plus inquiétants restent ceux relatifs aux enfants, adolescents et jeunes adultes. Toujours selon le ministère, 14% des 13-15 ans déclarent avoir fait une tentative de suicide. C'est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes.

En 2016, Sourire de Réda avait effectué près de 330 échanges en ligne avec des adolescents et reçu plus de 500 demandes d'appel à l'aide, selon Véronique Fima. "Les chiffres sont à peu près les mêmes pour 2017", précise-t-elle.

Plus inquiétant encore, la catégorie des enfants de 8 à 11 ans n'est pas épargnée, avec 70% d'appels à l'aide provenant des filles. Dans celle des adolescents de 15 à 21 ans, 80% sont également des filles. "Il n'y pas réellement de motifs qui expliqueraient pourquoi les filles sont plus nombreuses que les garçons. On ne les répertorie pas car les envies suicidaires n'apparaissent pas soudainement. C'est souvent une successions d'événements, de drames, d'antécédents familiaux qui poussent à l'acte", affirme la directrice de l'association.

Quelques éléments d'action permettraient donc d'aider ces enfants à ne pas sombrer avant de commettre l'irréparable, notamment grâce à l'écoute et la communication, et c'est ce que préconise cette campagne de sensibilisation.

LIRE AUSSI: