Les annonces faites par Emmanuel Macron entrent en phase de mise en oeuvre selon Olivier Poivre d'Arvor: Voici les détails

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La visite d’État Emmanuel Macron en Tunisie a été l'occasion de la signature d'un certain nombre d'accords entre les deux pays, avec un engagement de la part de la France d'apporter son aide à la Tunisie dans plusieurs domaines, notamment en matière d'économie, d'éducation, de la culture, de la défense, ou encore de la transformation numérique. Après les annonces, vient donc la mise en oeuvre, la concrétisation.

À ce sujet, l'ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre d'Arvor, a été l'invité de la matinale d'Express FM, au cours de laquelle il est revenu sur les annonces faites par le président français, mais plus important encore, leur mise en application.

Tout dans cette visite avait un caractère un peu extraordinaire. Depuis son investiture, il s'agit de sa première visite d’État, après la Chine

Sous les directives de Macron, l'ambassadeur Poivre d'Arvor commence aujourd'hui la formation d'un groupe de mise en oeuvre, chargé de l'application des nombreuses mesures annoncées lors de la visite d’État.

"Emmanuel Macron a découvert ce pays lors de sa visite en novembre 2016, pendant laquelle il a rencontré un certain nombre d'acteurs, et avait considéré la Tunisie comme un pays stratégiquement clé, faisant partie des 10 à 15 pays en mesure d'apporter un changement, aussi bien au niveau régional qu'international" a-t-il déclaré.

Une feuille de route économique a ainsi été établie durant les mois précédents, en plus de feuilles de routes sur l'éducation, la défense, la culture et le numérique. Selon l'ambassadeur, ces feuilles de route ont été présentées récemment au président, et sur la base desquelles, les annonces avaient été faites et les accords signés. "Il s'agit d'une visite extrêmement pragmatique" a-t-il ajouté.

Olivier Poivre d'Arvor a également déclaré que le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, effectuera une visite en août 2018, afin de s'assurer de la bonne réalisation des mesures décidées.

Alors, parmi les 8 accords signés à l'arrivée d'Emmanuel Macron, quels sont les plus concrets?

Economie et investissement

Toujours selon l'ambassadeur de France en Tunisie, la mesure la plus concrète et immédiate est l'aide octroyée de 192 millions d'euros, dont bénéficieront les entreprises publiques, les PME, les PMI, ainsi que les habitats urbains dans certaines villes de la Tunisie.

Ces 192 millions d'euros seront, selon l'ambassadeur, sous forme de prêts, dons et subventions, et rentrent dans le cadre d'une aide annoncée par Manuel Valls en 2016, qui s'élève à un milliard 250 millions d'euros d'ici l'année 2020. L'ambassadeur a également ajouté que la France a prévu une aide supplémentaire de 500 millions d'euros durant les années 2021 et 2022.

Après les troubles sociaux qui ont marqué le début de l'année, la mise en place d'un Fonds d'urgence a été décidée, selon l'ambassadeur, 4 jours avant la visite de Macron. "Au décollage de l'avion de Paris, il y'avait environ 10 millions d'euros. Du coup, le président était un peu énervé, mais à l'atterrissage le Fonds a atteint les 50 millions d'euros."

Ce Fonds, organisé par un comité mixte franco-tunisien et l'Agence Française de Développement, viendra en appui à l'employabilité des jeunes, et sera rapidement mis à disposition des jeunes entrepreneurs.

Annuler la dette, cela relève du fantasme. On peut la convertir, sans cependant en créer plus

S'agissant de l'annulation de la dette tunisienne, l'ambassadeur a estimé que cela n'est pas possible et que "ça relève du fantasme". Il a par ailleurs parlé de conversion de la dette, une solution déjà adoptée dans le passé, et qui se résumera cette fois en la conversion de 30 millions d'euros en projets de développement, notamment en faveur de l'hôpital de Gafsa qui ouvrira prochainement, mais aussi pour le réseau des ISET (Institut Supérieur des Etudes Technologiques). "Emmanuel Macron est prêt à convertir encore plus de dette si des projets lui sont présentés par la Tunisie".

Toujours selon Poivre d'Arvor, l'Agence Française de Développement (AFD) s'est également engagée dans des projets d'énergie solaire et photovoltaïque dans le sud de la Tunisie.

Numérique

Xavier Niel, ce n'est pas du politique, c'est du concret

Toujours dans le concret, l'ambassadeur met en avant l'importance de la visite de l'homme d'affaire français, patron de l'opérateur Free, qui s'est longuement entretenu avec le chef du gouvernement Youssef Chahed, un entretien qui a abouti à un certain nombre d'annonces de projets dans le monde du numérique. Ainsi, comme précédemment relayé par le HuffPost Tunisie dans son interview exclusive de Xavier Niel, l'école 42 ne sera pas le seul projet dans lequel s'est engagé l'homme d'affaires. Il a également été décidé de mettre en place dans les 2 ans, l'équivalent de la Station F (plus grand incubateur de startups au monde), qui portera le nom de Station T (T pour Tunisie). Neila Benzina, directrice générale de Business & Decision Moyen-Orient, sera ainsi en charge du projet Station T.

"Xavier Niel, ce n'est pas du politique, c'est du concret" ajoute l'ambassadeur.

Education et promotion de la Francophonie

C'est le plus grand projet éducatif que nous ayons jamais imaginé au monde

Sur le plan de l'éducation, une plateforme éducative regroupant les meilleures universités tunisiennes, mais aussi françaises, sera créée, et bénéficiera non seulement à des étudiants tunisiens, mais aussi africains et méditerranéens. Ces universités permettront aux étudiant d'avoir des doubles diplômes, tunisiens et français. "Les étudiants pourront par exemple décrocher un diplôme de la Sorbonne, depuis Tunis".

Les études seront principalement virtuelles, mais un Campus sera également construit afin de matérialiser ce projet d'université franco-tunisienne. "Pour nous c'est le plus grand projet que nous ayons jamais imaginé (...) au monde" déclare Poivre d'Arvor.

Du côté de la promotion de la francophonie, Il a également été décidé de mettre en place un nouveau réseau d'alliances françaises, à travers des points d'éducation, de culture, et d'apprentissage de la langue française, et ce sur une grande partie du territoire tunisien. Ainsi, en plus de celle du Grand Tunis déjà annoncée, il y aura des alliances qui seront lancées en 2018 dans les régions de Gabès, Bizerte, Djerba, Kairouan, ou encore Gafsa. "Ceci permettra de doubler le nombre d'apprenants de la langue française" a-t-il ajouté.

Il est à noter que la Tunisie abritera en 2020 le 18eme sommet de la Francophonie.

"Tous les projets qui nous ont été présentés par le ministère de l'Éducation vont je pense recevoir un avis favorable, parce que pour nous, c'est la priorité des priorités" souligne Olivier Poivre d'Arvor.

Quant à la "promenade" du président français et son équipe dans les rues de la Médina de Tunis, Poivre d'Arvor souligne que cette visite, certes privée, faisait également office d'appel aux touristes pour venir en Tunisie, car dit-il, Emmanuel Macron oeuvre à ce que la Tunisie attire à nouveau le nombre d'un million de touristes français par saison, comme avant 2011. "On peut se promener librement, le président l'a montré. C'est un pays sûr, accueillant et formidable. Il n'y a pas que les plages, il y'a les médinas, les sites archéologiques, et tout l'intérieur du pays. C'était le premier message qu'on voulait faire passer" déclare l'ambassadeur, ajoutant que la visite de Macron à la célèbre mosquée de la Zitouna, visait à montrer son respect pour l'Islam, et la certitude qu'il a que démocratie et Islam sont compatibles.

Le président français n'a d'ailleurs pas manqué de l'exprimer, en langue arabe, sur sa page Facebook officielle.

macron

"Les Tunisiens ont prouvé le contraire à tous ceux qui prétendent que démocratie et Islam ne sont pas compatibles"

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.