Généralisation de l'enseignement de Tamazight aux 48 wilayas à la prochaine rentrée

Publication: Mis à jour:
ENSEIGNEMENT
High school students take the philosophy exam, the first test session of the 2017 baccalaureate (high school graduation exam) on June 15, 2017 at the Fustel de Coulanges high school in Strasbourg, eastern France. A total of 520.000 Students of general and technological graduating classes are registered to take their written baccalaureat exams at over 4 400 examination centres across France between June 15-June 22, 2017. / AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN (Photo credit should read FREDERICK F | FREDERICK FLORIN via Getty Images
Imprimer

Le parachèvement de la généralisation de l’enseignement de Tamazight aux 48 wilayas interviendra à la prochaine rentrée scolaire (2018/2019), a annoncé, dimanche à Tizi-Ouzou, la ministre de l’Education nationale Nouria Benghebrit.

S’exprimant lors d’un point de presse qu’elle animé au centre culture Matoub Lounes de Ain El Hammam, en marge du lancement officiel de la première édition du concours Aqlam Biladi (Plumes de mon pays), Mme Benghebrit a rappelé que cette langue nationale et officielle est déjà enseignée dans 38 wilayas et que les 10 wilayas restantes seront concernées dés la prochaine rentrée.

Réaffirmant l’engagement de son département pour la promotion et la généralisation de l’enseignement de cette langue, la ministre de l’éducation a souligné que tous les moyens humains, matériels et pédagogiques nécessaires pour développer cette langue dans le système scolaire seront mobilisés.

Mme Benghebrit qui a visité à Tizi-Ouzou et Abi Youcef, des classes d’enseignement de Tamazight et qui s‘est entretenu avec des enseignants de cette langue, a observé que la transcription de Tamazight se décline de plusieurs façons en fonction des variantes spécifiques aux différentes régions du pays.

Il y a des wilayas qui utilisent la graphie arabe, d’autre latine et d’autre l’alphabet originel de cette langue qui est le Tifinagh.

Ces trois variantes existent dans l'école algérienne et nous nous appuyons sur cette diversité existante pour son déploiement, a-t-elle indiqué en soulignant que pour le ministère de l’Education nationale la question de l'unification de la transcription ne s'est pas posée.

S’agissant de la graphie à adopter pour la transcription de Tamazight, Mme Benghebrit a souligné qu’il ne relève pas de la responsabilité du secteur de l'éducation de trancher sur cette question, rappelant que l’Académie de langue amazigh créée par le Président de la République est l’Institution habilitée à le faire.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.