Service civil: Le nombre de spécialités concernées aurait été réduit, les résidents restent sceptiques

Publication: Mis à jour:
ALGIERS
Algerian doctors and dentists who are completing their residency stage of their studies stage a sit-in outside the Mustapha Bacha hospital in Algiers, on January 30, 2018, as part of a two-month-long strike protesting against compulsory civil service. / AFP PHOTO / RYAD KRAMDI (Photo credit should read RYAD KRAMDI/AFP/Getty Images) | RYAD KRAMDI via Getty Images
Imprimer

Le Premier ministère aurait décidé dimanche 4 février de réduire le nombre de spécialités médicales concernées par le service civil, point principal de la contestation des médecins résidents qui se poursuit depuis plusieurs mois.

Selon la chaine de télévision Ennahar, la commission intersectorielle chargée d'étudier les revendications des résidents a réduit le nombre de spécialités concernées par le service civil, de 67 initialement à 20 filières, une démarche qui aurait été approuvée par le Premier ministre selon la même source.

Ni le Premier ministère ni le ministère de la Santé n'ont officiellement confirmé l'information pour le moment.

Le bureau national du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) qui mène la contestation des résidents se réunit dimanche pour décider de la suite du mouvement.

Concernant la réduction du nombre de spécialités, "il n'y a rien de concret. C'est juste une idée qui a été lancée lors de la dernière réunion avec les représentants du ministère de la Santé", a affirmé au HuffPost Algérie Naamane Boubezari, médecin résident au CHU de Bab El Oued et membre du Camra.

Quoi qu'il en soit, la position du collectif reste l'abrogation du caractère obligatoire du service civil "pour toutes les spécialités", a ajouté la même source.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...