Médecins résidents: proposition d'une prime d'installation accordée par les collectivités locales

Publication: Mis à jour:
DOCTORS ALGERIA
Resident doctors strike at mustapha bacha hospital in Algiers in Algeria on January 23, 2018, to request exemption from the national service and Improve training conditions. (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images) | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Une prime d'installation sera accordée par les collectivités locales aux médecins-résidents, dans le cadre du service civil, a été proposée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a annoncé dimanche à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasballaoui.

"Le Premier ministre a proposé, après concertation, une prime d'installation qui sera accordée par les collectivités locales aux médecins-résidents et ce, en fonction des zones et après la création du cadre juridique", a déclaré M. Hasballaoui, dans une allocution d'ouverture de la rencontre de la commission intersectorielle négociant avec le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), précisant que la fourchette de cette prime "n'a pas encore été arrêtée".

Il a indiqué que son département "ne fermera jamais les portes du dialogue, mais il ne peut travailler sans se référer aux lois de la République et à la réglementation en vigueur dans son secteur", faisant notamment allusion au service civil.

"Nous avons réglé grâce à ce cadre juridique certaines préoccupations", a déclaré le ministre, précisant que la Commission intersectorielle, va étudier également "les différents dysfonctionnements" que rencontre le secteur de la santé, dont les problèmes de transport et le manque de matériels et celui du service civil.

"La commission devra formuler, lors de cette rencontre, d'autres propositions", a-t-il dit, rappelant que son département aspire à "réorganiser le système de santé".

Soulignant par ailleurs, l'importance de travailler dans le calme et la sérénité, M. Hasballaoui a appelé les médecins-résidents à "reprendre le travail dans l'immédiat".

"Il est temps de reprendre le travail et la formation dans l'immédiat. Chacun de nous doit assurer et assumer ses responsabilités", a-t-il soutenu, avant d'afficher sa satisfaction quand au bon déroulement des négociations, notamment en matière de regroupement familial, de logement décent, de formation continue et d'amélioration des services techniques.

Précisant que le salaire de ces médecins-résidents "ne peut pas être révisé à l'heure actuelle", M. Hasballaoui a, toutefois, indiqué que plusieurs dossiers "sont en étude" en attendant de trouver les solutions adéquates.

Les médecins-résidents qui avaient entamé le mouvement de grève illimitée depuis plus de deux mois exigent l’abrogation de l’obligation du service civil et son remplacement par un autre système de couverture sanitaire pour l’intérêt du patient et l’épanouissement socioprofessionnel du médecin spécialiste et le droit à la dispense du service militaire comme tout citoyen algérien.

Les médecins-résidents représentés par le CAMRA exigent également des autorités le droit à une formation de qualité, la révision du statut général du résident, le droit aux œuvres sociales et la discussion sur les revendications des spécialistes en biologie clinique en ce qui concerne l’agrément d’installation à titre privé.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.