Des centres anti-cancer prévus pour 2016 ne sont toujours pas opérationnels

Publication: Mis à jour:
HASBELLAOUI
DR
Imprimer

Quatre nouveaux centres de lutte contre le cancer seront opérationnels en 2018, portant le nombre total à 17 centres répartis à travers le territoire national, a promis dimanche 4 février à Alger le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui.

Il s'agit de centres anti-cancer à El Oued, Béchar, Adrar et Tizi-Ouzou. Problème, les deux derniers ont été annoncés sous l'ancien ministre de la Santé Abdelmalek Boudiaf. Il a affirmé en mars 2016 que ces établissements seraient opérationnels à la fin de la même année.

Même les centres de Béchar et d'El Oued étaient prévus pour 2016 et 2017 respectivement selon le plan national cancer publié en 2014.

Quoi qu'il en soit, si l'annonce de M. Hasbellaoui se concrétise d'ici la fin de 2018, 17 centres publics de lutte contre le cancer répartis à travers le territoire national seront opérationnels.

Le ministre a également fait savoir que "l’année 2018 constitue, pour l’Algérie, à travers le Plan national cancer 2015-2019, l’occasion de réitérer son engagement dans la lutte contre le cancer et les autres maladies non transmissibles".

En ce sens et dans le domaine de la disponibilité des médicaments, le ministre a mis en exergue les efforts financiers consentis par l'Etat, précisant que "plus de 37 milliards DA ont été mobilisés pour l’acquisition des médicaments des classes de la cancérologie et de l’hématologie, ce qui représente 60% de la totalité des achats de la PCH pour l’année 2017".

En matière de renforcement des capacités techniques, M. Hasbellaoui a fait savoir qu'une attention particulière a été accordée au renforcement en personnels médical, paramédical et techniques des établissements hospitaliers prenant en charge les patients atteints de cancer, ce qui a permis ,a-t-il expliqué, d’acquérir un personnel médical et paramédical correspondant à des normes de "fonctionnement suffisant".

"Cela a également permis la mise en œuvre de programmes d’actions en vue de l’utilisation du Fonds de lutte contre le cancer, le lancement d’un programme de formation des médecins généralistes couvrant toutes les wilayas et intéressant l’ensemble des médecins généralistes, ainsi que le lancement de la formation des personnes compétentes en radioprotection", a ajouté le ministre de la Santé.

S'agissant d’information sanitaire sur le cancer, M. Hasblaoui a évoqué la mise en place du réseau national des registres du cancer, alors qu'en matière de prévention, son département "veille à ce que certaines actions structurantes bénéficient d’une priorité absolue".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...