L'Egypte dévoile la tombe d'une prêtresse du temps des pharaons

Publication: Mis à jour:
CAIRO
A general view shows well-preserved and rare wall paintings inside the tomb of an Old Kingdom priestess on the Giza plateau on the southern outskirts of Cairo, that was unveiled on February 3, 2018, after being discovered during excavation work in Giza's western cemetery by a team of Egyptian archaeologists.Antiquities Minister Khaled al-Enany told reporters the tomb belong to Hatpet, a priestess to Hathor, the goddess of fertility who assisted women in childbirth. / AFP PHOTO / MOHAMED EL-SHAHE | MOHAMED EL-SHAHED via Getty Images
Imprimer

Des archéologues égyptiens ont découvert au sud du Caire la tombe d'une prêtresse de l'Ancien Empire ornée de rares peintures murales bien conservées, a annoncé samedi le ministre des Antiquités.

La tombe a été construite pour Hetpet, prêtresse pour la déesse de la fertilité Hathor, a précisé le ministre Khaled al-Anani lors d'une conférence de presse.

Elle a été découverte dans un cimetière proche des pyramides de Guizeh par une équipe d'archéologues égyptiens dirigée par Mostafa Waziri, secrétaire général du conseil suprême des Antiquités.

Ce cimetière renferme les tombes de hauts responsables de la Ve dynastie des pharaons (2494-2345 avant J-C), dont certaines ont été excavées lors de précédentes missions archéologiques, a poursuivi le ministre.

Le style architectural de la tombe, ses décorations, ses peintures murales colorées ainsi que son entrée menant à une pièce en forme de L avec un bassin sont propres à cette époque, selon le ministère.

"Hetpet est représentée sur des peintures murales très bien conservées en train de pêcher et de chasser", d'après le ministère.

Sur les parois figurent aussi des scènes de performances musicales, de danse mais également deux singes, animaux domestiques à cette époque, dont l'un danse devant un orchestre.

"Ce type de scènes est rare (...) Elles ont seulement été trouvées dans une tombe (datant de l'Ancien Empire) où une peinture montrait un singe danser devant un guitariste et non devant un orchestre", a précisé M. Waziri.

Il a indiqué que les fouilles allaient se poursuivre dans cette zone, avec l'espoir de nouvelles découvertes.

L'Egypte a ces deux dernières années donné son feu vert à plusieurs projets archéologiques dans l'espoir de trouver de nouveaux trésors, au moment où le secteur touristique, un des piliers de l'économie, peine à véritablement décoller, en raison de l'instabilité sécuritaire et politique du pays.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.