Le Groupe d'action financière retire la Tunisie de la liste des "pays à haut risques et non coopératifs"

Publication: Mis à jour:
FISCAL PARADISE MONEY
Tunisian flag with stack of money coins with grass and flowers | Golden_Brown via Getty Images
Imprimer

Le Groupe d’action financière (GAFI), institution internationale en charge de l’examen et l’élaboration des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, vient de réviser le classement de la Tunisie, a annoncé la Banque Centrale de Tunis (BCT), dans un communiqué publié jeudi.

La BCT a précisé que, suite à la demande formulée par la Commission Tunisienne des Analyses Financières (CTAF), le GAFI a placé la Tunisie dans la catégorie, dite, des "pays sous surveillance". Cette classification, plus en phase avec la situation tunisienne, désigne les pays qui sont en train d’améliorer leur dispositif et ayant des engagements fermes, dans ce sens.

En effet, le GAFI avait placé en novembre 2017, la Tunisie dans la catégorie des "pays à haut risques et non coopératifs". La CTAF a jugé inadéquate cette évaluation et une demande officielle a été adressée à la GAFI ainsi qu'au Groupe d'Action Financière du Moyen-Orient et de l'Afrique du nord (GAFIMOAN) afin de lever cette confusion et corriger l’évaluation tunisienne, aux conséquences négatives sur l’image du pays.

Considérant cette demande "logique" le Groupe d'action financière, réuni le 27 Janvier 2018, a procédé à l’amendement du classement des pays en deux groupes: le premier, relatif aux pays "pays à hauts risques et non coopératifs " et le deuxième, dans lequel figure la Tunisie, aux états "sous surveillance".

Ainsi, la Tunisie intègre un classement plus en adéquation avec ses engagements, faisant partie des pays qui se sont engagés dans un plan d’actions arrêté en étroite collaboration avec les instances internationales et le GAFI.

Pour rappel, le GAFI, organisme intergouvernemental créé en 1989 par les ministres de ses états membres, s’attèle à élaborer des normes et à promouvoir l’efficace application de mesures législatives, réglementaires et opérationnelles en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les autres menaces y afférentes en vue de garantir l’intégrité du système financier international.

La Tunisie avait été classées sur la liste des "pays à hauts risques et non coopératifs" du GAFI quasiment au même moment de son classement sur la "liste noire" des paradis fiscaux de l'Union Européenne. Quelques semaines plus tard, la Tunisie passe sur "liste grise" de l'Union Européenne avant de passer sur la liste des État "sous surveillance" auprès du GAFI.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.