Qui est Maha Issaoui, rencontrée par hasard par Macron à Clermont-Ferrand et qui a été invitée à le suivre pour son voyage officiel en Tunisie?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le HuffPost Tunisie vous racontait mercredi, l'histoire de Maha cette jeune tunisienne rencontrée par hasard par le président français Emmanuel Macron dans les rues de Clermont-Ferrand et qui a été invitée à le suivre avec la délégation présidentielle française en Tunisie.

"Le hasard fait bien les choses!", dit Macron dans la vidéo, devenue virale, postée sur la page Facebook officielle du Président français. Mais serait-ce le fruit du hasard qui a fait la beauté de cette histoire?

Pour les médias français qui se sont intéressés au parcours de l'"invitée fortuite" -et notamment le HuffPost France-cela ressemble plus à un plan de communication.

Maha Issaoui a en effet déjà fait l'objet d'un article portrait sur le magazine Le Monde, en 2011, "Maha Issaoui, blogueuse tunisienne".

Selon le Monde, la jeune femme est une fondatrice de l'association Karama (Dignité) qui fût "l'une des premières à mettre en ligne sur son blog des photos et des vidéos des manifestations à Sidi Bouzid, qui menèrent à la chute du président Ben Ali".

Au début du mois de janvier sur RCF, la doctorante en Elastographie racontait son recrutement par la fondation L'Oréal afin de promouvoir "l'éducation des filles dans le monde". Soit peu ou prou ce qu'Emmanuel Macron évoque à chaque déplacement à l'étranger, comme il entend le faire lors sa visite au Sénégal ce vendredi.

Dans le journal La Montagne c'est son parcours époustouflant qui est détaillé. "Partie de presque rien dans une famille modeste, Maha décroche un baccalauréat S mention 'très bien' et part à Tunis s'inscrit à la faculté de biologie et vise le master et le doctorat", décrit le quotidien régional, qui poursuit:

"Vivant de 5 euros par semaine, elle se verra refuser une bourse. Cette injustice l'anime et elle décide de manifester pour faire valoir ses droits. Mais sous un régime dictatorial, la sanction tombera pour elle : interdiction de remettre les pieds dans une faculté avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête : la prison. Mais ce n'est pas ça qui arrêtera cette militante, elle postera le 17 décembre 2010 sur les réseaux sociaux son combat contre cette injustice. Les ambassades (France, États-Unis...) entendront cette voix, et le ministère des Affaires Étrangères accordera une bourse à Maha".

Sur son compte Facebook, on peut voir que Maha Issaoui a participé au "Tour de France de l'égalité" de Marlène Schiappa, deux semaines avant de tomber sur Emmanuel Macron dans les rues de Clermont-Ferrand. Et en compagnie du préfet Jacques Billant. Le même préfet qui escortait le président de la République le jour de cette rencontre "hasardeuse".

Coup de foudre ou coup de com? Toujours sur le réseau social, Maha Issaoui confirme avoir rencontré le chef de l'État "place de Jaude" dans la ville Auvergnate. Contacté par Le HuffPost France, l'Elysée dément toute "mise en scène" et maintient que c'est bien "par hasard" que le président de la République a croisé son chemin. "Ils ont parlé, il l'a invitée à venir avec lui".

Cet article a été en partie adapté du HuffPost France

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.