Crédits bancaires: Le coup de mou de 2017

Publication: Mis à jour:
BANKING
DR
Imprimer

CRÉDITS - L'année 2018 ne s'annonce pas très engageante pour les banques marocaines, en tout cas pas en ce qui concerne les crédits. Le taux de progression de ce produit bancaire a connu un ralentissement en 2017 en passant de 4,8% en 2016 à 2,9% à fin décembre de l'année passée selon les chiffres de Bank Al-Maghrib (BAM).

Les crédits d'équipement et de consommation ne sont pas aussi performants qu'en 2016

Cette débandade concerne presque tous les crédits qui, même s'ils continuent à croître, montrent des signes d'essoufflement. C'est le cas des prêts d'équipement des ménages qui n'ont progressé que de 11,4% en 2017 pour un encours de 170 millions de dirhams contre une hausse de 14,6% en 2016 ainsi que des crédits à la consommation qui ont également connu un frein de leur progression à 4,3% contre 4,4% en 2016. Les crédits de trésorerie et comptes débiteurs (découverts) ont pour leur part vu leur baisse s'accentuer de 1,8% à 3,2%. Seuls les prêts immobiliers gardent le cap avec une progression au même taux que 2016 (4,2%).

Ces derniers crédits continuent d'ailleurs à être les plus plébiscités puisqu'ils représentent à eux seuls plus de 30% de l'ensemble des crédits bancaires avec un encours de 257 millions de dirhams à fin décembre 2017 soit une consolidation de 10 millions de dirhams comparée à la même période en 2016.

variation crédit bancaire

Hausse des créances en souffrance à 63 millions de dirhams

Par secteur d'activité, les données trimestrielles de BAM font état d'une décélération de 1,6 point de pourcentage du crédit entre le 3e et le 4e trimestre 2017 pour se situer à 2,9%. Les branches les plus touchées sont "l'électricité, le gaz et l'eau" ainsi que le secteur hôtelier. Les crédits octroyés à ces domaines ont respectivement baissé de 7,3% et de 1,5% après des hausses de 3,6% et de 0,8%.

Les industries extractives et les industries manufacturières sont en revanche revenues de loin puisque les prêts qui leur ont été octroyés se sont accrus respectivement de 15,3% et de 1% après des baisses respectives de 12,3% et de 0,7%. Même son de cloche pour les concours financiers accordés au secteur du BTP qui ont enregistré une hausse de 1,4% durant le 4e trimestre de 2017. Les prêts donnés au "commerce" ont vu, pour leur part, leur taux de progression se stabiliser à 8,3%.

À noter que les banques continuent toujours de souffrir des créances en souffrance. Le montant des sommes que les clients n'ont pas pu payer à leur organisme de crédit s'élève à 63 millions de dirhams à fin décembre 2017 soit une hausse de 3,7% comparée aux mêmes données de l'année 2016.

LIRE AUSSI: