Une sénatrice démocrate américaine demande au chef de l'EPA si le Maroc est un "pays de merde"

Publication: Mis à jour:
TAMMY DUCKWORTH
La sénatrice démocrate américaine Tammy Duckworth a demandé au chef de l'EPA si le Maroc était un "pays de merde" | Jonathan Ernst / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - La visite, en décembre dernier au Maroc, du chef de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) Scott Pruitt reste toujours en travers de la gorge des sénateurs démocrates.

Mardi 30 janvier, la sénatrice américaine Tammy Duckworth a demandé à Scott Pruitt, accusé d'avoir profité de son voyage officiel au Maroc pour faire la promotion du pétrole américain, si le Maroc était un "pays de merde", allusion aux récentes déclarations controversées de Donald Trump sur les pays africains.

"Puis-je supposer, comme tous les Américains décents, que vous n'avez pas estimé que le Maroc, nation nord-africaine, était un 'pays de merde' quand vous l'avez visité?", a demandé la sénatrice au patron de l'EPA lors d'une audience du comité sénatorial de l'environnement et des travaux publics.

Préférant ignorer la question, comme l'indique le Washington Examiner, Scott Pruitt ne répondra pas à la sénatrice. Le journal The Hill précise par ailleurs que Tammy Duckworth a été immédiatement coupée par le président du comité et sénateur républicain John Barrasso, parce que son temps de parole pour interroger Pruitt avait expiré.

"Je ne comprends pas ce que la vente de gaz naturel a à voir avec la mission de l'EPA"

La sénatrice a notamment reproché à Scott Pruitt, ancien procureur général d'Etat de l'Oklahoma, d'avoir outrepassé ses fonctions d'administrateur de l'EPA lors de son voyage au Maroc. "Bien que votre État de l'Oklahoma soit le troisième plus grand producteur de gaz naturel du pays, je ne comprends pas ce que la vente de gaz naturel a à voir avec la mission de l'EPA", a-t-elle déclaré.

"La promotion du gaz naturel est le genre de chose que le secrétaire d'Etat à l'Énergie ou peut-être quelqu'un qui veut devenir gouverneur de l'Oklahoma ou élu d'un autre siège là-bas peut faire, mais n'est pas compatible avec ce que le chef de l'EPA devrait faire", a-t-elle ajouté.

Le républicain Scott Pruitt, connu pour ses positions climatosceptiques et nommé par Donald Trump à la tête de l'EPA en 2016, a longtemps été soupçonné de briguer un poste de gouverneur ou de sénateur de l'Oklahoma, rappelle le Washington Examiner.

Le 12 janvier, lors d'une réunion sur l'immigration à la Maison blanche avec des parlementaires, Donald Trump aurait qualifié les nations africaines, ainsi que Haïti et El Salvador, de "pays de merde", selon plusieurs personnes présentes. "Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur, mais ce ne sont pas les mots utilisés", s'est défendu le président américain sur Twitter.

Dimanche, il a adressé un courrier aux chefs d'Etat africains à l'occasion du 30e sommet de l'Union africaine, assurant que "les Etats-Unis respectent profondément les Africains".

LIRE AUSSI: Le voyage du climatosceptique Scott Pruitt au Maroc fait bondir les démocrates américains