Tunisie: Les nombreux dysfonctionnements dans les centres de santé de base révélés dans cette étude

Publication: Mis à jour:
TUNISIA DOCTOR
In June 26th, 2015: the doctors and the fire brigades evacuate the last bodies of the indoor swimming pool of the hotel. Terrorist attack in a hotel of the tourist zone of Port El Kantaoui in the North of Sousse. A young Tunisian terrorist opened the fire during almost half an hour on tourists since the beach of the hotel until the reception. 39 deaths among the tourists and Tunisians, before being shot down by police. The wounded persons represent people in particular of British, Belgian, Germa | Nicolas Fauqué via Getty Images
Imprimer

Une étude menée par le réseau Mourakiboun sur la situation des centres de santé de base en 2017 a révélé une série de dysfonctionnements dans ces établissements affectant ainsi le bon déroulement de ses activités.

Une telle situation requiert impérativement l’intervention de l’Etat afin de pallier à ces manquements dans le cadre du redressement de l’institution sanitaire publique.

Présentée lors d’un point de presse tenu mardi à Tunis en présence notamment de la secrétaire d’Etat à la Santé et des députés, cette étude a concerné 2060 centres de santé de base répartis sur 264 délégations dans 24 gouvernorats.

Menée en collaboration avec l’Institut National Démocratique Américain, cette étude a démontré que 20% des unités d’urgence dans les dispensaires sont dans un état déplorable et près de la moitié de ces unités (49%) ne disposent pas d’ambulances.

Et d’ajouter que 78% des ambulances existantes ne sont pas équipées de l’air conditionné.

Selon la même source, 41% des bâtiments abritant ces dispensaires sont dans état mauvais ou très mauvais, précisant que 47% de ces établissements ne sont pas vraiment accessibles vu la situation dégradante des routes.

La même étude révèle que 53% de ces centres de santé de base sont dépourvus de téléphones fixes, soulignant l’absence d’agents spécialistes en pharmacie dans 71% de ces établissements.

S’agissant de l’hygiène, l’étude a démontré que 45% des dispensaires disposent de WC qui se trouvent dans une situation déplorable, précisant que les normes sanitaires ne sont respectées que dans 15% des cas.

Et de souligner que 64% des dispensaires sont situés dans les régions rurales tandis que 36% se trouvent dans les régions urbaines.

Selon Rafik Halouani, coordinateur général du réseau Mourakiboun, les résultats de cette étude et ses recommandations seront présentés au gouvernement et au parlement afin de remédier à cette situation.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.