Migration: Les propositions marocaines au Sommet de l'UA

Publication: Mis à jour:
EL OTHMANI UA
DR
Imprimer

MIGRATION - Désigné leader de l'Union africaine (UA) sur la question de la migration lors du 28e Sommet de l'institution, le roi Mohammed VI a présenté aujourd'hui à Addis-Abeba l'Agenda africain pour la migration.

Dans un discours lu par le chef de gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani,, le souverain a décliné les grandes lignes de ce document qui comprend deux propositions majeures. La première concerne la création d'un Observatoire africain de la migration (OAM), dont le siège sera au Maroc et qui aura pour mission l'observation et l'échange d'informations entre les pays africains, afin de favoriser une gestion maîtrisée des flux migratoires.

La deuxième proposition, quant à elle, suggère la création d'un poste d'Envoyé spécial de l'UA chargé de la migration. Une fonction dont le titulaire aura la responsabilité de coordonner les politiques de l'UA dans ce domaine.

Ces initiatives s'inscrivent dans le cadre d'une nouvelle approche de la question migratoire. Le roi affirme en effet que le phénomène ne peut appréhender dans sa complexité qu'à travers la destruction des "mythes" qui y sont associés. Il s'agit premièrement du mythe alarmiste de la "déferlante migratoire", les migrants ne représentant que 3,4% de la population mondiale.

Ensuite, et contrairement aux discours adoptés par certains pays occidentaux, la migration africaine est avant tout intracontinentale, rappelle le souverain dans son discours, puisque 4 migrants africains sur 5 restent dans le continent. Ces derniers ne représentent d'ailleurs que 14% de la population mondiale de migrants. Et quand bien même ils réussiraient à atteindre d'autre pays, les migrants n'appauvrissent absolument pas les pays d'accueil puisque 85% de leurs revenus restent dans ces pays, souligne le discours royal.

La migration est finalement "un phénomène naturel", insiste le souverain, "qui constitue la solution et non pas le problème". Une perspective positive sur la question devra donc être adoptée "en mettant en avant la logique humaniste de responsabilité partagée et de solidarité". Ce qui aboutira, in fine, à une nouvelle approche afro-centrée.

Pour rappel, le Maroc abritera la Conférence Internationale sur la Migration ainsi que le Forum Global pour la Migration et le Développement en décembre 2018.

LIRE AUSSI: