Moncef Marzouki évoque son inquiétude quant à un second mandat de Beji Caid Essebsi en 2019

Publication: Mis à jour:
MONCEF MARZOUKI
Former interim Tunisian president Moncef Marzouki speaks during a joint press conference with a Yemeni journalist and Nobel Peace Prize laureate at the UN headquarters in Geneva on March 2, 2017. / AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES (Photo credit should read PHILIPPE DESMAZES/AFP/Getty Images) | PHILIPPE DESMAZES via Getty Images
Imprimer

En marge d'un meeting organisé dans la ville de Médenine, le président du parti "Harak tounes Al Irada", Moncef Marzouki, a critiqué le "mystère" que maintient Béji Caid Essebsi quant à sa candidature ou non aux élections présidentielles de 2019.

L'ancien président a également démenti une quelconque volonté de sa part de faire chuter le gouvernement, indiquant que son parti demande seulement des garanties, pour que, dit-il, les prochaines élections soient libres et transparentes.

"Nous voulons seulement être sûrs que les prochaines élections seront libres et transparentes, et que les médias et les autorités publiques seront neutres. Il est clair qu'aujourd'hui, nous nous dirigeons vers des élections, avec un président qui maintient toujours le mystère par rapport à sa candidature, alors que nous savons tous que cela n'est pas possible, pour plusieurs raisons" déclare Marzouki.

Il a également mis en garde contre ce qu'il a qualifié de "lobbies politiques qui se battent pour la succession", ajoutant que la relance économique ne pourra pas se faire, tant que cette instabilité politique perdure.

D’après lui, une crise pourrait se produire au cours des deux prochaines années. Sur le plan politique, a-t-il estimé, les indicateurs révélateurs de la crise sont clairs, notamment face à l’instabilité des portefeuilles ministériels et l’absence d’un dialogue entre les partis de l’opposition d’une part et entre les partis au pouvoir d’autre part.

Moncef Marzouki, a par ailleurs déclaré que son parti envisage de se présenter aux prochaines municipales avec des listes partisanes et de coalition.

"Des réunions se tiennent actuellement pour la formation de listes de coalition notamment avec les partis Ettakatol et le Courant démocrate", a-t-il indiqué.

Le parti Al-Irada, a-t-il affirmé, est prêt pour les élections municipales. "Il y travaille dur en prévision de cette échéance."

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.