La toile salue la mémoire de l'écrivain, journaliste et militant Amale Samie, alias "Tonton"

Publication: Mis à jour:
AMALE SAMIE
Zakaria Latouri/Amale Samie Facebook
Imprimer

DISPARITION - "Original, Amale Samie l’était toute sa vie durant. Iconoclaste, il revendiquait le qualificatif". Dans un article retraçant la vie et la carrière du journaliste, Maroc Hebdo rend hommage à celui qui fut chroniqueur du magazine, et qui a tiré sa révérence ce samedi 27 janvier à Casablanca, où son état de santé s'était récemment dégradé.

"Né en 1954, Amale Samie a commencé sa carrière professionnelle comme professeur de langue française. La langue française, c’était son dada. Un esthète de la langue de Molière. Un connaisseur de sa grammaire et de ses subtilités", poursuit Maroc Hebdo, rappelant que cet homme de lettre avait reçu en 1991 le prix Grand Atlas pour son ouvrage "Cèdres et baleines de l’Atlas", aux éditions Le Fennec. En 1998, Amale Samie signe "Mourir pour deux idées", un autre roman remarqué dans lequel il revisite le petit monde de la politique.

Surnommé "Tonton" dans le milieu culturel, l'homme était aussi un activiste qui s'est battu pour servir la cause défendue par l'Association pour l'intégration et le développement durable (ASIDD), une ONG qui milite pour la préservation et le développement de Tasemmit, une vallée du Moyen Atlas.

Sur la toile, les réactions ont été nombreuses à saluer la mémoire d'un libre penseur, d'un farouche défenseur de la cause amazighe, d'un esprit rebelle qui n'avait pas froid aux yeux.


LIRE AUSSI:
Le Boultek célèbre le nouvel an amazigh avec la diva du Moyen-Atlas, Hadda Ouakki