Affaire de l'hôtel El-Hidhab: le propriétaire Abdelhamid Madani dénonce un "traquenard" sans issue

Publication: Mis à jour:
IMG_8172
Ahmed Sahara
Imprimer

Ouvert dans les années 70, l’hôtel privé urbains 3 étoiles, situé au centre-ville de Sétif, risque à tout moment de mettre la clé sous le paillasson. Malgré le plan de développement ambitieux de cette structure, mis en place par son propriétaire Abdelhamid Madani, l’avenir de l’hôtel reste "incertain".
Dans un point de presse organisé jeudi 25 janvier à l’hôtel El-Hidhab, Abdelhamid Madani se dit victime d’une "machination" qui dure depuis 2010 et entrave le développement de cette structure hotelière.

Abdelhamid Madani avoue d’emblée avoir commis une erreur dans le volet financier, qui est en partie à l’origine de la situation actuelle. L’hôtel El Hidhab a été construit en 1971 est a ouvert ses portes aux clients en 1978. Après plusieurs années d’activité cette structure publique a été cédée par l’entreprise de gestion touristique (EGT EST) à l’entreprise de câblerie Sofaf en 2006, dont Abdelhamid Madani est le directeur général. Le montant de l’acte d’achat s’élevait à l’époque à 65 milliards de centimes.

"En 2006 j’acquière l’hôtel El-Hidhab avec l’ambition d’en faire un hôtel de prestige qui allie confort, loisirs et prix attractifs. Je paie 30% du montant de l’investissement soit 19 milliards de centimes et je bénéficie d’un échéancier de 5 ans pour compléter la somme", raconte Abdelhamid Madani.

Seulement lorsque les nouveaux propriétaires découvrent la structure celle-ci était selon Abdelhamid Madani, dans un état piteux et dans une situation financière difficile. Il fallait dès le départ engager de grands travaux, qui étaient indispensables et nécessitaient un investissement financier important. Sur le plan financier il fallait aussi réduire les coûts notamment en supprimant la vente d’alcool et diminuer la masse salariale qui était à hauteur de 200 milliards de centimes.

"Il était indispensable pour nous d’entamer les travaux afin d’améliorer le service de la structure et cela avant même que l’achat ne soit conclu. Nous avons également réduit l’effectif avec bien-sûr indemnisation des employés. Nous sommes donc passés de 62 à 45 employés", souligne le conférencier.

Deux ans plus tard, en 2008, vient le moment de payer le premier échéancier à hauteur de 11 milliards de centimes. Abdelhamid Madani verse un chèque de 4 milliards de centimes avec la promesse de completer la somme dans de brefs délais. Mais c’est une faveur que l'EGT EST ne lui fera pas et s’empresse de traîner le propriétaire en justice demandant son expulsion.

"Il est vrai que l’entreprise Sofaf n’a pas respecté les délais, mais cela s’explique par les investissement engagé dans l’hôtel. Il pouvait être indulgent en nous infligeant une sanction mais pas la dé-privatisation de l’hôtel".

Aujourd’hui Abdelhamid Madani détient l’hôtel à hauteur de 70%, il se dit prêt à payer le 30%% restant avec des pénalités de retard et garder son investissement. Cependant, il ne trouve aucune oreille attentive à son problème. Il lance un appel au président, Premier ministre et ministre du tourisme pour se pencher sur le cas de l’hôtel El Hidhab.

"Nous avons les mains liées, les projets que nous avons lancés pour rendre l’hôtel plus attractif et concurrentiel sont à l'arrêt puisque à tout moment on peut nous mettre à la porte", précise le propriétaire de l’hôtel.

Cette situation compliquée n'empêche pas Abdelhamid Madani de continuer à nourrir des espoirs. Plus d’une vingtaine de chambres sont en rénovation. Un terrain de foot est en construction et un parc aquatique est également planifié.

"L’hôtel proposera à l’avenir de l’hébergement et du loisir. Dans un marché en berne nous avons opté pour des formules de divertissements pour les gens de la région comme un spa, piscine, terrain de foot ou encore le parc aquatique. Cela permet de diversifier la prestation et satisfaire les clients aussi", soulignent Abdelhamid Madani.

Abdelhamid Madani ne perd pas espoir quant à l’avenir de son hôtel. Il demande qu'une commission d’inspection vienne évaluer l’hôtel El-Hidhab, pour constater son engagement à faire de cette structure d’accueil une référence régionale.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...