"Bibliogidaire": Un réfrigérateur en guise de bibliothèque mobile à Kasserine, une initiative de Bilel Aloui

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Au bord de la GP15, du côté de Majel Bel Abbess, à Kasserine, une sorte de grand coffre, coloré en bleu, rouge, jaune et vert, a attiré les regards des passants.

Si on s'en approche, on peut lire un petit écriteau: "Apporte un livre et prends-en un".

Et si on l'ouvre, on découvre l'intérieur d'un réfrigérateur, avec des livres au menu.

kk

sdkksd

"Bibliogidaire", c'est l'initiative citoyenne de Bilel Aloui, qui a eu l'idée de transformer un réfrigérateur en une bibliothèque mobile.

Une initiative qui lui a coûté 0 millimes, raconte-t-il. "Je suis parti voir un réparateur d'électroménager pour acheter la carcasse d'un réfrigérateur, sans installation, sans moteur. Et il a eu l'amabilité de me la céder gratuitement!"

Bilel rentre alors chez lui et lui donne des couleurs. Il y place quelques livres de sa collection qu'il ne compte plus relire et dépose la "bibliogidaire".

Tout le monde peut désormais profiter de ce distributeur de livres. Tous ceux qui passent par la GP15 ne pourront pas le rater. Et le partage est le maitre mot. Bilel l'affirme, "En 24h, beaucoup de personnes s'y sont intéressé, les livres déposés ne sont plus les mêmes qu'hier".

Ce n'est pas la première fois que Bilel Aloui innove en lançant des initiatives culturelles. Comédien de profession, le théâtre est une passion qui l'a animé depuis son plus jeune âge, mais qu'est ce qu'une passion si on ne la partage pas?

"La 404 bâchée de l'espoir" est une tournée de spectacles que Bilel a organisé début 2017. Dans sa camionnette, Bilel et ses amis se déplacent dans les régions défavorisées, et offrent des spectacles de théâtre, marionnettes, clowns, aux enfants qui n'ont pas, d'habitude, accès à la culture.

"Bibliogidaire" est une continuité dans sa démarche pour la décentralisation de la culture, dont le but est de faire profiter les enfants des zones frontalières de la Tunisie d'un accès à la culture, là où les centres culturels sont inexistants.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.