Libye : au moins 22 morts dans un double attentat à Benghazi

Publication: Mis à jour:
LIBYA BOMB
TRIPOLI, LIBYA - JANUARY 21: A damaged bomb-laden vehicle is seen after the attack outside the building of the Planning Ministry of the Government of National Accord, near Italian and Egyptian embassy at Ezzahra district in Tripoli, Libya on January 21, 2017. (Photo by Hazem Turkia/Anadolu Agency/Getty Images) | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

Au moins 22 personnes ont été tuées et une vingtaine blessées mardi soir à Benghazi dans un double attentat à la voiture piégée devant une mosquée dans le centre de cette ville de l'est libyen, selon un nouveau bilan.

Le nouveau bilan ne prend en compte que les victimes admises à l'hôpital al-Jala à Benghazi, a précisé une porte-parole de cet établissement, Fadia al-Barghathi, ajoutant qu'il pourrait s'aggraver.

Un précédent bilan de l'hôpital al-Jala faisait état de neuf morts et une trentaine de blesés.

Un véhicule piégé a explosé au moment où les fidèles sortaient d'une mosquée dans le quartier d'al-Sleimani, dans le centre de la ville, a précisé une source des services de sécurité.

Une deuxième voiture a explosé 30 minutes plus tard dans le même périmètre, faisant plus de victimes parmi les services de sécurité et les civils, a ajouté la même source.

Cette mosquée est connue pour être un fief de groupes salafistes qui ont combattu les jihadistes à Benghazi aux côtés des forces de l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar.

Ahmad al-Fitouri, un responsable des services de sécurité dépendant des forces du maréchal Haftar a été tué dans l'attentat, a annoncé un porte-parole militaire à Benghazi, Miloud al-Zwei.

La Libye est plongée dans le chaos depuis la révolte populaire qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Benghazi, qui a été un bastion de la révolution libyenne, était devenue un fief de groupes jihadistes.

Les forces loyales au maréchal Haftar ont réussi durant l'été dernier à reprendre à des groupes jihadistes la quasi-totalité de Benghazi, après trois ans de combats meurtriers.

La ville a été particulièrement touchée depuis 2011 par des violences visant notamment les représentations diplomatiques et les forces de sécurité.

Deux autorités se disputent le pouvoir en Libye, plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi : d'un côté le GNA basé à Tripoli et, de l'autre, un parlement élu et un gouvernement parallèle qui exercent leur pouvoir dans l'est du pays avec le soutien du maréchal Haftar.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...