Imed Hammami nie l'arrestation d'un de ses conseiller mais confirme l'arrestation d'un fonctionnaire du ministère de la Santé pour corruption

Publication: Mis à jour:
HEALTH MINISTER TUNISIA
Facebook / عماد الحمامي - Imed Hammami
Imprimer

La guerre contre la corruption continue et s'intensifie visiblement au sein des administrations. En effet, le ministre de la Santé publique, Imed Hammami, a déclaré à Mosaique FM, qu'un fonctionnaire du ministère avait été arrêté pour corruption, démentant ainsi la rumeur selon laquelle un conseiller au sein du ministère aurait été arrêté.

Hammami a également affirmé que l'enquête est en cours et que les arrestations devraient se poursuivre dans les prochaines semaines, et ce dans plusieurs ministères, administrations, mais aussi associations.

"Vous savez que la première priorité du gouvernement d'union nationale est la lutte contre la corruption, et nous allons continuer à la mener" a-t-il déclaré.

Le ministre de la Santé a également annoncé que des arrestations pour corruption ont été effectuées la semaine dernière au sein du ministère des Finances, ainsi qu'au sein du ministère de la Santé publique et celui des Domaines de l'État et des Affaires foncières.

En novembre dernier, le président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (UNLUCC), Chawki Tabib, avait cependant annoncé que nombre de ministères, dont des ministères de souveraineté, ne transmettent pas à la justice les dossiers de corruption relevés par leurs services d'inspection, ou encore par l'Instance elle même.

Remerciant le ministère de l'Agriculture et le ministère des Affaires Sociales pour leur coopération, le président de l'INLUCC avait souligné que les dossiers de corruption constitués concernent les mêmes dépassements classiques, notamment les recrutements, les contrats publics, ou encore le détournement de l'argent public.

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.