Selon Issam Chebbi, le gouvernement Chahed ne peut plus être qualifié de Gouvernement d'Union Nationale

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le pacte de Carthage est devenu caduc. C’est ce qu’a annoncé, lundi, le secrétaire général du parti Al Joumhouri, Issam Chebbi sur les ondes de Shems Fm. Il a estimé que cet accord a été vidé de son contenu et ne reflète plus le contexte de son élaboration.

Chebbi a indiqué que dans son cadre actuel, l’accord de Carthage ne pourra apporter aucun plus. “Depuis sa création, ce pacte a fait l’objet de tiraillements politiques entre Ennahdha et Nidaa Tounes” a-t-il poursuivi en soulignant la nécessité de mettre en place de nouvelles mesures capables d’apporter un nouveau souffle à la scène politique.

Le dirigeant d’Al Joumhouri a, par ailleurs, noté que le Gouvernement d’Union Nationale est devenu comme étant “un défi à la réalité”. Selon lui, après le retrait de sa composition de 4 partis parmi les 9, le gouvernement actuel ne peut pas être qualifié de Gouvernement d’Union Nationale. D’autant plus que ce dernier est dominé par les deux ténors de la scène politique à savoir Ennahdha et Nidaa.

Pour Chebbi, le gouvernement Chahed est pris en otage entre ces deux derniers qui ne cessent de lui faire pression et d’assurer leur mainmise sur le pouvoir. Une situation qui laisse Youssef Chahed incapable de prendre des décisions audacieuses et de gérer son gouvernement librement et sans l’influence d’Ennahdha et Nidaa. “Nidaa Tounes a fait tout son possible pour affaiblir le gouvernement Chahed” a-t-il encore soutenu en appelant à la nécessité de changer la nature du gouvernement afin de pouvoir créer un environnement propice en vue d'élections crédibles.

Issam Chebbi a, par ailleurs, pointé du doigt les agissements de certains ministres et secrétaires d’État qui profitent de leur position pour mener des campagnes électorales en faveur de leur parti. Il a, d'ailleurs, exprimé sa crainte quant à l'usage des partis au gouvernement de leur pouvoir pour gagner les élections.

En novembre dernier, le parti Al Joumhouri a décidé de quitter le gouvernement Chahed. Une décision a été prise après avoir accepté la démission d’Iyed Dahmani, le seul représentant du parti au gouvernement. D’après Chebbi, la démission de Dahmani a été prise sous pressions. Selon ses dires, le maintien de Dahmani en tant que porte-parole au gouvernement a été tributaire de sa sortie du parti. En effet, il a expliqué que l’ancien dirigeant d’Al Joumhouri a été devant deux options, soit quitter le parti soit quitter le gouvernement.

LIRE AUSSI: Al Jomhouri manque d'expérience selon Slim Riahi? Oui, affirme Issam Chebbi mais "en matière de blanchiment d'argent"

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.