Caisse de compensation: El Othmani assure que le gouvernement prend ses précautions

Publication: Mis à jour:
SAAD EDDINE EL OTHMANI
Saad-Eddine El Othmani/Facebook
Imprimer

COMPENSATION - Il n'y a pas de quoi s'alarmer. Le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, a voulu être rassurant, lors de la séance mensuelle consacrée à la politique publique à la Chambre des Conseillers, qui s'est tenue ce mardi 23 janvier. Interpellé sur la question de la caisse de compensation et son impact social, il n'a pas présenté de nouveaux éléments de réponses, soulignant que le gouvernement est bien décidé à poursuivre la réforme de la caisse de compensation. Mais cette décision devra être l'aboutissement d'un processus progressif.

"Nous menons une étude qui nous permettra de lever la compensation dans le cadre du respect de la justice sociale", a précisé le chef du gouvernement. Réitérant que cette caisse de compensation profite plus aux riches qu'au reste des catégories sociales, il a rappelé que le fardeau de la compensation pèse de plus en plus lourd sur la balance au fil des années. Et d'estimer ce coût, en 2017, à 12 milliards de dirhams, et au titre de cette année, à 13 MMDH. Ce poids budgétaire a été estimé, entre 2011 et 2015, à près de 200 MMDH.

Le prix du gaz butane, le sucre et la farine de blé tendre qui profite de la subvention de l'État ne connaîtra pas d'augmentation cette année. Le gouvernement souhaite ainsi prendre le temps de préparer le terrain. El Othmani a précisé qu'il s'agit plus précisément de prendre des mesures préventives pour que cette levée ne porte pas atteinte au pouvoir d'achat non seulement des catégories sociales défavorisées, mais également de la classe moyenne.

Le gouvernement veut donc réserver ses subventions uniquement à ceux qui en ont besoin. Il devra définir "la population éligible" qui devrait bénéficier des aides sociales. El Othmani estime que le registre social unifié qu'élabore le ministère de l'Intérieur sera une référence déterminante. "Ce sera, pour nous, la référence de base qui définira l'échelle de l'indice socio-économique (...) Ce sera sous forme d'un système numérique dont la mise en place est attendue cette année ", a-t-il affirmé. Et d'insister sur l'importance que revêt, pour le gouvernement, la nécessité d'améliorer les systèmes de protection sociale avant d'entamer une levée de compensation.

LIRE AUSSI: