Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'État de Palestine

Publication: Mis à jour:
MAHMOUD ABBAS
Palestinian President Mahmoud Abbas speaks during an extraordinary meeting of the Organisation of Islamic Cooperation (OIC) in Istanbul, Turkey, December 13, 2017. REUTERS/Erhan Elaldi/Pool | POOL New / Reuters
Imprimer

PALESTINE - Le président palestinien Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine, lors de sa visite lundi à Bruxelles, a affirmé ce dimanche 21 janvier à l'AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

Mahmoud Abbas "attend des ministres européens des Affaires étrangères qu'ils reconnaissent collectivement l'Etat de Palestine" en réponse à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, a déclaré Riyad al-Malki dans une interview exclusive. "C'est vraiment important", a-t-il insisté.

Le président de l'Autorité palestinienne doit rencontrer lundi, lors d'un déjeuner de travail, la cheffe de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini et les 28 ministres des Affaires étrangères, en marge de leur réunion mensuelle, comme l'avait été le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 11 décembre.

"Si les Européens veulent jouer un rôle, alors ils doivent être équitables dans leur traitement des deux parties et cela devrait commencer avec la reconnaissance de l'Etat de Palestine", a plaidé le chef de la diplomatie palestinienne.

Ce dernier a par ailleurs souligné que Mahmoud Abbas "reste engagé" dans le processus de paix au Proche-Orient, en répondant aux craintes de certains Etats membres après le récent discours courroucé du président palestinien déclarant "la fin" des accords de paix d'Oslo (1993).

"Il va dire (aux Européens): 'Je ne vais pas me retirer du processus de paix. Je resterai engagé, mais je déclare que l'exclusivité de l'administration américaine à être le seul médiateur du processus de paix est terminée'", a expliqué Riyad al-Malki.

Sa visite à Bruxelles coïncide avec une tournée sous tension du vice-président américain Mike Pence au Proche-Orient (Egypte, en Jordanie et en Israël), boycottée par les dirigeants palestiniens.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.