Le projet de loi sur le commerce électronique sera bientôt débattu au Parlement

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'ouverture du capital d'Algérie Télécoms (AT) et de Mobilis est "définitivement exclue", a affirmé dimanche à Alger, la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Imane Houda Faraoun, soulignant la hausse des chiffres d’affaires de ces dernières grâce aux bénéfices réalisés en 2017.

Invitée de la rédaction de la Radio Chaîne III, Mme. Feraoun a également expliqué que les projets de loi sur le commerce électronique et les règles générales de la Poste et des télécommunications seront prochainement votés au Parlement.

"L’ouverture du capital d'Algérie Télécoms et de Mobilis est définitivement exclue car ces opérateurs de télécommunications publics sont des entreprises bénéficiaires et rentables. Par contre, il est question de partenariat public-privé s’agissant de plusieurs services", a déclaré la ministre.

"Grâce au management de ces entreprises, leurs chiffres d’affaires augmentent de mieux en mieux, a-t-elle clarifié, notant, s’agissant d’AT, que "sa hausse a été réalisée en dépit des pertes occasionnées par la suppression des lignes défaillantes".

Précisant ne pas pouvoir dévoiler le bilan chiffré d’AT car non encore certifié, elle a révélé, en revanche, que Mobilis a réalisé 18 milliards de DA de bénéfices nets en 2017 contre 14 milliards DA en 2016 et un chiffre d’affaires qui est passé de 122 à 126 milliards DA, durant la même période.

S’agissant des réalisations à l’actif d’AT, Mme Faraoun a fait savoir qu’à fin novembre 2017, plus de 930.000 accès internet ont été concrétisés contre à peine 300.000 connexions annuels auparavant, se réjouissant d’une économie de 220.000 accès optimisés grâce à l’investissement sur la formation de ces ingénieurs.

"Aujourd’hui, AT en est à 315.000 nouveaux clients en téléphonie, 74.000 en ADSL et 134.000 autres en LTE, alors qu’elle a déployé 6000 km de réseau de transport dont 4896 km de fibres optiques et lancé un chantier de plus de 7000 km dont plus de la moitié dans le sud, soit dans les conditions les plus difficiles de déploiement, a-t-elle poursuivi.

La couverture de l’ensemble du territoire en internet nécessitera la finalisation de plus de 1200 km d’autoroute, a-t-elle précisé, promettant que l’année 2018 sera celle du raccordement des zones isolées. A ce sujet, elle a fait savoir que 220 localités dans 207 communes ont été couvertes grâce au déploiement d’un total de 2700 km de fibres optiques, au moment où subsistent encore plus de 500 localités à raccorder, soit plus de 8000 km de fibres optiques.

Projets de loi non retirés

Imane Houda Faraoun a déclaré que les deux projets de loi relatifs au commerce électronique et aux règles générales de la Poste et des Télécommunications "n'ont pas été retirées du Parlement, loin de là". "Le projet de loi sur les règles générales de la Poste a été déjà présenté, discuté en commission et débattu en plénière. Des amendements ont été demandés par les députés. Nous les avons examinéensemble. Aujourd'hui, le projet de loi est prêt pour passer au vote", a-t-elle rajouté.

Concernant le projet de loi sur le commerce électronique, ce document "a fait la moitié du chemin et sera débattu en plénière". Le débat "sera programmé cette semaine ou la semaine prochaine, en fonction de l'agenda de l'Assemblée et passeront en vote en même temps", selon la ministre.

Tout en promettant que l’Etat accompagnera AT dans cet effort, la ministre a plaidé pour un partenariat public-privé s’agissant de l’ouverture au privé du dernier km restant de la bande passante afin, a-t-elle argumenté, de décharger l’opérateur public.

Elle a, dans ce sens, reconnu la mauvaise qualité de la connectivité d’il y a plus d’un an, tout en soutenant que les dérangements qui affectaient fréquemment le réseau et ayant atteint plus de 30.000 à fin 2016, ont baissé de plus de moitié moins d’une année plus tard.

Par ailleurs, et s’agissant de la connexion par Fibre optique chez l’habitant (FTTH), lancé en février 2017, elle a promis sa commercialisation, dés la semaine prochaine au plus tard, l’Autorité de régulation venant de valider l’offre commerciale pour les prix y afférents.

De même que sa généralisation durant cette année, dés lors que le problème l’essentiel d’AT lié à la maitrise de la technologie est résolu, et ce, grâce au plan de formation de ses techniciens lancé l’année écoulée, a-t-elle expliqué.

Abordant l’acquisition par l’Algérie d’un 2e câble sous-marin, elle a affirmé qu’une fois celui-ci déployé, internet partira de l’Afrique vers l’Europe et non l’inverse comme cela se fait depuis toujours, se félicitant que pour la première fois, un pays africain ait réussi de lui-même à assurer ce type de raccordement.

Interpellée enfin, sur les moyens de contrôle d’utilisation d’internet par les enfants, elle a lancé un appel à l’adresse des parents dans ce sens, considérant que la surveillance de cette frange d’usagers de cette technologie doit être avant tout "humaine".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.