"Machrou Tounes" se retire à son tour du Pacte de Carthage

Publication: Mis à jour:
MACHROU TOUNES
Facebook / Mouvement Machrou3 Tounes
Imprimer

Après le retrait du parti Afek Tounes du Pacte de Carthage il y a quelques jours, voilà que Machrou Tounes annonce à son tour son retrait.

En effet, dans un communiqué rendu public, le parti explique qu'à l'issue d'une réunion de son conseil, il a été décidé de retirer son appui au gouvernement actuel, estimant que le Pacte de Carthage est fini, et n'est plus en mesure de permettre l'application du Document de Carthage, saluant au passage les derniers efforts du président de la République pour le sauver.

Le parti estime également que l'alliance entre Ennahdha et Nidaa Tounes est devenue incapable d'apporter des solutions aux problèmes du pays, saluant également les efforts du chef du gouvernement et des ministres indépendants, surtout ceux des ministères de souveraineté, qui "ont su garantir la sécurité du pays".

Machrou Tounes a aussi annoncé le retrait de son soutien au gouvernement, appelant à un remaniement ministériel, car estime-t-il, le maintenir dans sa forme actuelle serait synonyme d'absence de stabilité et de résultats.

Le parti a également émis des propositions pour "sortir de cette crise", à travers notamment la tenue d'un congrès de conciliation qui rassemblera tous les acteurs politiques, en vu d'apporter les modifications nécessaires pour remettre le processus du Pacte de Carthage sur les rails.

Il a par ailleurs appelé à mettre en place un gouvernement de technocrates, indépendant des partis, qui aura pour mission d'entreprendre les réformes urgentes et nécessaires pour sortir de la crise socio-économique et fiscale. Ce gouvernement continuera également la campagne de lutte contre la corruption avec impartialité et sérieux, et sera amené à garantir des élections municipales transparentes, ainsi qu'à assurer une surveillance du travail des différentes associations et leurs financements.

Le parti conclut ses propositions par l'appel à l'établissement d'une loi de Finances complémentaires dans les plus brefs délais, afin de "réparer les dégâts causés par la loi de Finances 2018."

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.