Malgré son épais manteau blanc, l'Oukaimeden peine à booster son activité

Publication: Mis à jour:
SNOW MOROCCO OUKAIMEDEN
Malgré son épais manteau blanc, l'Oukaimeden ne parvient pas à booster son activité | Oukaimeden Snow Report
Imprimer

TOURISME - Les importantes chutes de neige des deux dernières semaines n'ont pas suffi à donner un coup de boost à la plus haute station de ski d'Afrique. En cause: le retard pris par la mise en route des téléskis et télésièges à l'Oukaimeden et les dysfonctionnements que connaît la station depuis des années.

Alors que les remontées mécaniques auraient dû redémarrer mercredi 17 janvier, seul un téléski a été mis en route ce jeudi matin. Un membre de la commission chargée de la gestion de la station "ne s'est pas présenté" mercredi à l'Oukaimeden lors d'une réunion, et il n'y a donc "pas eu de décision d'ouverture", déplore Houcine Amanhoud, gérant du magasin de locations de skis Univers Glisse, situé en bas des pistes.

"Chaque année, on perd une à deux semaines d'activité à cause du retard pris par l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), chargé de mettre en route les remontées mécaniques", explique-t-il au HuffPost Maroc. Un retard dû, selon lui, aux problèmes administratifs et de gestion de l'ONEE, ainsi qu'au manque de personnel et de secouristes pour assurer le bon fonctionnement des téléskis et télésièges.

"Cela fait plus de 10 jours que nous attendons que les télésièges et téléskis soient mis en route. La saison sera très courte cette année et cela nous fait perdre de l'argent", regrette encore Houcine Amanhoud, rappelant que l'économie de la région repose en grande partie sur les deux mois de saison de ski.

L'année dernière, les skieurs étaient un peu plus chanceux. Suite aux importantes chutes de neige, la saison avait commencé dès le 18 décembre. Cette année, il a fallu attendre le 6 janvier pour que la neige soit suffisamment abondante. Mais ce n'est qu'aujourd'hui que les premiers skieurs pourront emprunter un "tire-fesses" pour remonter les pistes. "Jusqu'à maintenant, les plus courageux prenaient leurs pieds ou des raquettes", souligne le gérant d'Univers Glisse.

Les loueurs de matériel ne sont pas les seuls à se plaindre de la mauvaise gestion de la station. Les hôteliers et aubergistes doivent faire face aux touristes qui repartent souvent bredouilles, les pistes étant impraticables tant que les remontées mécaniques ne fonctionnent pas. "Chaque année, il y a un peu de retard, et ça nous pose problème", indique au HuffPost Maroc un responsable de l'hôtel-restaurant "Chez Juju", installé au cœur de la station de ski. "Le restaurant marche mieux que l'hôtel, parce que les touristes ne restent pas plus d'une journée puisqu'ils ne peuvent pas skier", précise-t-il.

Pour Nabil Lakhtyari, skieur amateur habitué de la station et gérant de la page Facebook Oukaimeden Snow Report, ces retards sont habituels. "Les services de l'ONEE attendent les premières chutes de neige pour programmer la visite des personnes chargées de mettre en route la station", nous explique-t-il. "Ils font appel à des experts pour vérifier que tout fonctionne bien, pour homologuer et sécuriser les équipements. Mais ce n'est pas une priorité pour eux, ils travaillent à l'improviste alors que cela devrait être fait en amont. Leurs visites s'étalent parfois sur trois semaines".

Le jeune homme, qui travaille actuellement en France où il a l'habitude de skier, pointe également du doigt les problèmes de sécurité récurrents à l'Oukaimeden. "Les pistes ne sont pas damées, on ne sait pas pourquoi. Pourtant, les températures fluctuent beaucoup à l'Ouka. Résultat: la neige reste fraîche dans certains côtés ombragés de la piste, et des plaques de verglas se forment dans d'autres côtés où il y a plus de soleil, ce qui peut s'avérer très dangereux pour les gens qui ne connaissent pas les pistes", explique-t-il.

Autre problème: le manque de balisage des pistes vertes où circulent beaucoup de piétons qui les rendent ainsi impraticables pour les skieurs, à cause des trous créés par les bâtons ou chaussures. Les rochers qui bordent les pistes ne sont aussi bien souvent pas dégagés ou protégés par des filets. "Ou alors, certains filets sont troués", déplore Nabil Lakhtyar. "C'est une station magnifique, très naturelle, exotique pour les étrangers, mais qui souffre de sérieux dysfonctionnements", conclut-il.

La station de l'Oukaimeden, située à 75 kilomètres de Marrakech, dispose de 3 pistes vertes, 4 bleues, 8 rouges et 3 noires. Elle culmine à 3270 mètres d'altitude et fait partie des six stations de ski africaines.

LIRE AUSSI: