La DGSN dément le suicide d'un enfant à Tanger à cause du "défi de la baleine bleue"

Publication: Mis à jour:
SUICIDE
La DGSN dément le suicide d'un enfant à Tanger à cause du "défi de la baleine bleue" | Kuznetsov Dmitry
Imprimer

SUICIDE - La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a démenti "de manière catégorique" l'information relayée par plusieurs sites électroniques au sujet du suicide à Tanger d'un enfant de huit ans, qui aurait joué au "défi de la baleine bleue".

"Afin d'éclairer l'opinion publique, les services de la sûreté nationale affirment que le 8ème arrondissement de la préfecture de police de Tanger, appuyé par des techniciens de scène de crime, a découvert, mercredi soir, le corps d'un enfant âgé de huit ans, retrouvé suspendu à l'aide d'une écharpe attachée à un clou planté dans un mur d'une chambre du domicile familial situé à Dahr El Hammam", souligne la DSGN dans une mise au point.

Les investigations et l'examen médical ont montré que le corps du défunt ne portait aucune trace de violence ou de résistance, ajoute la DGSN, précisant que tous les témoignages et déclarations recueillis avancent l'hypothèse de la mort accidentelle due à l'inattention de l'enfant alors qu'il était en train de jouer avec l'écharpe de sa mère en compagnie de sa petite sœur, écartant ainsi l'acte de suicide.

L'examen et l'observation de l'état des lieux révèlent également l'absence de tout signe ou trace du "défi de la baleine bleue". Le défunt et sa famille ne disposent d'aucun appareil informatique permettant de participer à ce défi, selon la même source. Des médias électroniques, à l'instar du journal local Tanja24, indiquent pour leur part que l'enfant utilisait fréquemment un téléphone portable, laissant suspecter une possible addiction à ce jeu fatal.

Le "Blue Whale Challenge", ou "défi de la baleine bleue", a été lancé en 2016 sur un réseau social russe qui se présente sous la forme de 50 défis à réaliser, des plus inoffensifs aux plus sordides, le dernier impliquant le suicide du "joueur". Plusieurs adolescents se seraient donné la mort suite à la propagation de ce jeu sur Internet, notamment sur des forums d'internautes ayant des pensées suicidaires. D'autres cas de suicide de jeunes ou d'enfants ces derniers mois ont été attribués, à tort, à ce challenge.

Au Maroc, l'association "Sourire de Réda", qui oeuvre contre le suicide des jeunes, lancera le 30 janvier une campagne nationale de sensibilisation. L'association a notamment dressé une liste des signaux auquel il convient d'être vigilants et qui indiqueraient si un enfant s'adonne à ce genres de défis: grande fatigue, nuits blanches, isolement, tristesse et anxiété, traces de blessures inexpliquées, fascination pour la mort, pour les films morbides et les musiques tristes.

LIRE AUSSI: