Mondial 2026: Quand le New York Times tacle le manque de communication du Maroc autour de sa candidature

Publication: Mis à jour:
FIFA
photogearch via Getty Images
Imprimer

FOOTBALL - "Le Maroc veut accueillir la Coupe du Monde. Ne demandez juste pas plus de détails". Aussi provocateur qu'évocateur, le titre résume la teneur de l'article du New York Times, un article qui dissèque la candidature du Maroc pour l'organisation de la Coupe du Monde 2026. Le journal souligne qu'à cinq mois de l'événement, mis à part l'annonce de la nomination du ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique Moulay Hafid Elalamy au poste de président du comité de candidature du Maroc, et la désignation d'une agence de communication britannique pour prendre en charge le dossier, aucune stratégie n'a été dévoilée à la presse.

Le New York Times pointe notamment du doigt le fait que, quelques mois après l'annonce officielle de la candidature du Maroc, "les responsables du football marocain n'ont révélé que quelques détails sur leurs projets pour organiser l'événement sportif le plus important au monde". Un manque de communication corroboré par une déclaration sommaire d'un porte-parole de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) au journal américain, et qui indique en substance que "personne n'est habilité à parler car une stratégie de communication est toujours en cours". Nous n'aurons d'ailleurs pas plus de chance auprès de la FRMF, qui n'a pas donné suite aux appels du HuffPost Maroc.

"La candidature n'a pas encore de logo à arborer sur les pancartes, pas de slogan à crier sur tous les toits, pas de plans de stades. Ils n'ont même pas de site web", poursuit le journal américain qui enfonce le clou. Une situation qui contraste avec les candidatures précédemment présentées par le royaume, selon le journal, qui avait déjà communiqué tous ces éléments un an avant le vote. Mais une situation qui contraste aussi avec celle de son grand concurrent, avec la candidature conjointe présentée par le Mexique, les États-Unis et le Canada.

Seul signe d'une avancée dans l'organisation du dossier de candidature, la désignation par la Fédération royale marocaine de football (FRMF) de l'agence VERO Communications basée à Londres pour l'organisation de la Coupe du monde 2026, a récemment annoncé la structure britannique dans un communiqué. L'agence est notamment connue pour avoir transformé la candidature du Qatar au Mondial 2022 en essai gagnant.

L'effet Donald Trump

Seul passage à l'avantage du royaume, selon le New York Times: l'image controversée du dirigeant américain Donald Trump, notamment depuis sa sortie polémique sur Haïti et des pays africains qu'il a qualifiés de "pays de merde". Une image telle qu'elle pourrait faire pencher la balance en faveur du Maroc, notamment auprès des pays africains et arabes. L'article cite notamment le président de la fédération ghanéenne de football qui affirme que "quand vous avez deux concurrent, c'est du 50/50 (...) L'Afrique sera derrière le Maroc".

La candidature du Maroc pour l'organisation de la Coupe du monde 2026 a officiellement été déposée auprès de la Fédération internationale de football le 14 octobre 2017. L'annonce officielle du pays organisateur sera faite en juin prochain, à la veille de l'ouverture de la compétition qui se jouera en Russie.

LIRE AUSSI:
  •