Tunisie: Vers l'instauration de la conduite accompagnée à 16 ans?

Publication: Mis à jour:
TEEN DRIVING
Teen girl adjusting rearview mirror during the day while driving her new, first car. Focus on girl in the mirror. | ljubaphoto via Getty Images
Imprimer

Invité de la radio Mosaïque Fm, le président de l'Ordre National des Écoles de Conduite en Tunisie (ONECT) Saber Jelassi a affirmé avoir proposé l'instauration de la conduite accompagnée en Tunisie à partir de 16 ans.

"Cela se passe partout dans le monde et dans les pays européens (...) c'est une proposition de conduite accompagnée" a-t-il précisé ajoutant que cela n'était en rien assimilé à un permis de conduire: "Il faudra toujours un adulte disposant d'un permis" à côté du jeune conducteur a-t-il indiqué.

Bien que souvent les jeunes soient derrière les accidents, Saber Jelassi affirme que "ces jeunes ne sont souvent pas encadrés. Nous, on propose de les mettre sous le coup de la loi".

"Aujourd'hui, si on les encadre avec une loi, avec un accompagnement, on y gagnera beaucoup" a-t-il ajouté: "Aujourd'hui si à 16 ans il prend la voiture de son père et sort tout seul, il peut faire un accident. Par contre s'il prend la voiture et que son père est à côté, cela donnera un cadre".

Selon lui, cela permettra de responsabiliser les jeunes à travers leurs parents mais aussi à travers la loi: "Notre but, finalement, c'est que la sécurité routière soit respectée".

Des Tunisiennes pour enseigner aux femmes saoudiennes la conduite?

Alors que l'Arabie Saoudite a récemment autorisé les femmes à conduire, le président de l'Ordre National des Écoles de Conduite en Tunisie (ONECT) Saber Jelassi a affirmé que des monitrices d'auto-écoles seront recrutées légalement en Arabie Saoudite pour enseigner la conduite aux Saoudiennes.

S'il fait état de plusieurs recrutements qui ont déjà eu lieu, il affirme qu'ils ont été fait à travers des voies suspectes et ne sont pas passées par l'Agence Technique des Transports Terrestres.

Selon Saber Jelassi, une réunion s'est tenue entre l'ONECT et le président de la chambre d'amitié Tuniso-Saoudienne et une autre réunion est prévue avec le ministère du Transport et celui de l'Investissement, du développement et de la coopération internationale afin de légaliser les recrutements déjà opérés via des circuits suspects en des contrats légaux, certifiés par l'Agence technique des transports terrestres.

Le roi Salman d'Arabie saoudite avait signé un décret autorisant les femmes à conduire le 26 septembre dernier.

Le décret ordonne "de permettre d'accorder le permis de conduire aux femmes en Arabie saoudite" et la création d'un organe ministériel consultatif dont l'avis sera rendu dans les 30 jours. Il précise que la mesure entrera en vigueur d'ici juin 2018, selon l'organe de presse gouvernemental saoudien.

Ce droit, tant réclamé, est une avancée pour les femmes saoudiennes. Des multiples campagnes avaient été menées pour réclamer ce simple droit. Plusieurs femmes avaient été arrêtées pour avoir bravé l'interdiction de conduire. Cela n'a pas affaibli la détermination des militantes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.