La porte-parole de la présidence Saïda Garrach blâme ceux "qui n'ont pas voulu se libérer du syndrome de Ben Ali"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La porte-parole de la présidence de la République Saïda Garrach a répondu mardi au président du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) Néji Bghouri sur la remise en place prochainement de l'Agence Tunisienne de Communication Extérieure (ATCE).

"Je blâme ces gens qui n'ont pas voulu se libérer du syndrome de Ben Ali. Ben Ali est parti, il ne reviendra pas, c'est finit!" a-t-elle lancé avant d'ajouter: "le fait de chaque fois ramener le spectre de Ben Ali, je pense qu'il s'agit d'une sorte de discours populiste parce qu'il n'est pas construit sur des éléments objectifs".

Selon elle, "il faut que les gens assimilent que nous sommes en train de construire de nouvelles façons d'agir que ce soit au niveau de la société, du pouvoir, de l'opposition, des partis politiques ou encore de la société civile".

"Dans tous les pays du monde, il y a des services qui travaillent l'image de leurs pays, pour vendre l'image de leurs pays (...)" déclare-t-elle prenant l'exemple du Maroc.

"Le Maroc a beaucoup travaillé sur son image à tel point qu'il est devenu une destination culturelle via le tournage de films cinématographiques, les grandes sociétés, les grands concerts..." note Saïda Garrache avant d'ajouter: "Cela s'est fait à un niveau international! Le Maroc a travaillé sur ça. Il a investi dedans!".

"L'ATCE a connu sa décadence en arrêtant de faire la publicité du pays pour faire celle du pouvoir" mais pour elle aujourd'hui les choses sont différentes et celle-ci ne retombera pas dans ses travers.

L'ATCE rattachée au ministère des Affaires étrangères?

"La question qui s'est posée de savoir s'il faut la rattacher au ministère du Tourisme, au ministère des Affaires culturelles ou au ministère des Affaires étrangères car il y a une partie de politique étrangère quand tu vas vendre l'image de la Tunisie" a-t-elle affirmé.

Mais aujourd'hui "ce qui est en train d'être débattu, c'est sur quelle base sera-t-elle créée et comment la rattacher au ministère des Affaires étrangères".

L'ATCE est un établissement public qui a été créé par décret en 1990 pour faire la promotion de l'image de la Tunisie à l'étranger. Très vite, elle devient un outil de propagande du pouvoir en place et principalement de Ben Ali et de sa famille, mais aussi de répression à ceux qui refusent d'entrer dans le rang.

L'ATCE a été officiellement dissoute le 18 décembre 2012.

Lundi, le Syndicat National des Journalistes Tunisiens avait fait part de ses inquiétudes quant à un "retour de l'ATCE" après les pressions subies par de nombreux correspondants de médias étrangers lors de la couverture des derniers mouvements sociaux.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.