Un véhicule dissimulant 4 migrants force la frontière de Melilla

Publication: Mis à jour:
MIGRANTS MELILLA
Capture écran/EPA
Imprimer

MIGRATION CLANDESTINE - Un véhicule dissimulant 4 migrants à son bord a forcé dimanche la frontière de Melilla, rapportent divers médias espagnols, dont le journal en ligne 20 minutos. Loin d'être une première, le phénomène qui a tendance à s'installer inquiète les pouvoirs locaux.

Les faits se sont produits ce 14 janvier à midi, au poste frontière de Beni-Enzar, rapporte l'agence de presse espagnole EFE. Entré sans incident dans l'enclave espagnole de Melilla, via le poste frontière de Beni-Enzar, le véhicule en question a subitement accéléré pour échapper aux contrôles de sécurité de la police nationale espagnole et de la Guardia Civil, rapporte pour sa part La Razon. Ce n'est qu'une fois dans la ville de Melilla que le conducteur et la personne qui l'accompagnait à son bord ont tenté de fuir, abandonnant la voiture au niveau d'une station-service, poursuit la même source, avant d'être arrêtés.

Les agents de la Guardia Civil ont alors inspecté le véhicule et retrouvé 4 migrants subsahariens, trois hommes et une femme, dissimulés sous les sièges et le tableau de bord du véhicule. Comme toujours dans ce genre d'incidents devenus répétitifs ces derniers mois, les images partagées, prises ici par l'agence EPA, témoignent du danger auquel s'exposent ces migrants, dans l'espoir de rejoindre l'Europe.

Dans une déclaration au Faro de Melilla, le délégué du gouvernement, Abdelmalik El Barkani, reconnait que, dans des circonstances similaires, la ville est régulièrement le théâtre d'arrivées de migrants. Abdelmalik El Barkani dénonce dans ce cadre les mafias qui participent à ce trafic, précisant que certains passeurs ont été arrêtés, tandis que l'article s'achève sur la difficulté de mettre en place des mesures efficaces pour lutter contre ces agissements.

Les passeurs usent de plus en plus souvent de cette méthode pour transporter des migrants, dissimulant à bord de véhicules ceux qui espèrent rejoindre l'Espagne via le Maroc. En juin dernier, un autre "conducteur kamikaze" était entré dans Melilla avec cinq migrants, blessant deux agents de la Guardia Civil.

Les sorties en mer étant plus rares en cette période hivernale, le phénomène semble s'accélérer. En novembre dernier, c'est également une voiture kamikaze qui avait pris de court les forces policières de l'enclave espagnole, au poste-frontière de Farhana cette fois-ci. Le conducteur avait pris la fuite dans les rues de Melilla, abandonnant la voiture et deux migrants d'origine subsaharienne à son bord. Ces derniers étaient cachés sous le tableau de bord et dans le coffre du véhicule. Un mois plus tard, toujours à Meillla, un Marocain était arrêté pour avoir dissimulé un migrant de 12 ans dans son véhicule.

LIRE AUSSI: