Arab Film Awards: Le film tunisien "Fleur d'Alep" de Ridha Behi en lice pour le prix du meilleur film arabe

Publication: Mis à jour:
HEND SABRY
Facebook/Fleur d'alep
Imprimer

Le film tunisien “Fleur d’Alep ” (The Flower of Aleppo) du réalisateur Ridha Behi est en compétition de la première édition des prix “Arab Film Awards” qui se tiendra le 16 mars 2018 dans la ville égyptienne d’El Gouna, sur la mer rouge, annonce l’Institut du film arabe (Arab Film Institute, AFI), initiateur de cet événement d’envergure arabe.

Le film de Ridha Behi est retenu parmi une liste de cinq films arabes, à savoir : “The Cell” de Tarek El Erian (Palestine), “The Journey” de Mohammed Al Daradji (Irak), “Only Men Go To The Grave” de Abdullah Al Kaabi (Emirats arabes Unis), “Path of Maryam” de Alaa Jabarah.

Dix-huit (18) prix seront décernés à des producteurs, réalisateurs de fiction et de non-fiction, acteurs, actrices et scénaristes sachant que la première édition de la manifestation “Les Prix du film arabe” (Arab Film Awards) est ouverte aux réalisateurs et professionnels du cinéma ressortissants de tous les pays arabes.

“Arab Film Awards” est une manifestation cinématographique annuelle créée pour récompenser les dernières productions des talents du cinéma arabe, de la communauté d’artistes membres de l’Institut “Arab Film Institute”. Les prix constituent une vitrine du cinéma arabe et une importante plateforme pour la promotion du la culture arabe à l’échelle internationale.

Le film avait déjà reçu deux prix lors la 33ème édition du Festival international du cinéma des pays méditerranéens d’Alexandrie (Alexandria International Film Festival for Mediterranean Countries – AIFF). Le prix du meilleur réalisateur était revenu à Ridha Behi alors que l’actrice principale Hend Sabri a remporté le prix de la meilleure actrice.

Dans ce film, Hend Sabri, également coproductrice, incarne le rôle de Salma, une divorcée trentagénaire qui travaille ambulancière. Cette fiction brosse le portrait d’une jeunesse endoctrinée par l’intégrisme à travers le parcours de Salma, allée à la recherche de son fils Mourad (Bédis Behi) qui a trouvé refuge dans les idées extrémistes en rejoignant les rangs des groupes djihadistes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.