Début d'accords entre le ministre de la Santé et les résidents, la grève maintenue jusqu'à nouvel ordre

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les médecins résidents ont annoncé samedi 13 janvier 2018 que leur grève illimitée et leur boycott du DEMS sont maintenus jusqu'à nouvel ordre. Le bureau national du Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) a expliqué dans un communiqué que ses revendications ont été discutées avec le ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui, précisant que la question liée aux services civil et militaire est suspendue jusqu'à la tenue prochaine d'une séance de travail multi-ministérielle.

Le bureau national du CAMRA a expliqué samedi que les représentants nationaux du collectif ont tenu "une réunion de 02H30 avec le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui". Lors de cette 3e réunion, les revendications des médecins résidents, liées aux oeuvres sociales et aux services civil et militaire ont été discutées, dans un cadre qualifié de "sérieux et responsable".

Le collectif a annoncé dans le même communiqué que les revendications ne relevant que du ministère de la Santé "ont été accordées". "Plusieurs points relevant que du ministère de la Santé ont été accordées verbalement", a affirmé la même source, citant le droit de maîtrise pendant le service civil, le droit au logement, la prise en charge de la formation et le regroupement familial, entre autres.

Dans le même communiqué, les médecins résidents ont expliqué que le ministère de la Santé n'a pris aucune décision sur la levée du caractère obligatoire du service civil, une question qui concerne également le ministère de l'Emploi.

Mokhtar Hasbellaoui a par la suite annoncé aux grévistes avoir rencontré le vice-ministre de la Défense, Gaïd Salah pour évoquer le service militaire, promettant un compte-rendu dans les plus brefs délais.

Le CAMRA a ainsi expliqué que les revendications "liées aux oeuvres sociales ont déjà été acquises". Ils ont précisé leur intention de maintenir un statu quo dans leurs protestations, notamment la grève illimitée et le boycott du DEMS, en attendant les assemblées générales et la prochaine rencontre avec le ministre.

Le ministre chargent les directeurs des établissements hospitaliers

Plus tôt dans la journée, M. Hasbellaoui chargeait les directeurs des établissements hospitaliers et les directions de la Santé, leur imputant la dégradation de la situation des médecins résidents. Il a ainsi rejeté toute responsabilité dans les récentes manifestations du corps médical.

Lors d’une rencontre au siège du ministère, il a ainsi appelé les directeurs des établissements hospitaliers à alerter rapidement le ministère des revendications qui leur sont soumises, afin qu'elles soient prises en charges.

Le ministre de la santé a également appelé les directeurs de la Santé publique à mettre tous les moyens au profit des médecins résidents, afin qu'ils exercent leur service civil dans les meilleures conditions.

La semaine dernière, des marches de protestations et des sit-in de solidarité ont été organisés par les médecins résident dans plusieurs wilayas du pays pour faire entendre leurs voix et porter leurs revendications aux hautes autorités du pays.

Ils s’insurgent contre le fait qu’ils soient affectés d’office dans des régions isolées pour travailler dans une infrastructure publique durant au moins deux années sans que leurs situations familiales ne soient prises en considération. Ils revendiquent, notamment la révision du service civil dans sa forme actuelle.

Les grévistes se plaignent des conditions de travail difficiles au niveau des régions vers lesquelles ils sont généralement affectés. Des conditions difficiles qui se caractérisent, notamment par l’absence de logements, de moyens de transports ou encore de moyens propres à leurs métiers et même d’agents paramédicaux.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.