L'UTICA et l'UGTT appellent les partis politiques à prendre leurs responsabilités en cette période difficile

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Dans son allocution lors du 17 ème congrès de l’Union régionale à Sfax, la présidente de l’organisation patronale Wided Bouchamaoui a souligné la nécessité d’organiser un dialogue national économique et social pour faire face aux difficultés actuelles que traverse la Tunisie.

Elle a estimé que la Tunisie a réussi dans les domaines politique et de la démocratie mais n'a pas réussi, jusqu'à maintenant, à relever le défi économique, d'autant que la plupart des entreprises tunisiennes sont des entreprises familiales dont la précarité a augmenté avec la prolifération du commerce parallèle et la conjoncture économique difficile.

Bouchamaoui a également évoqué le commerce informel et la contrebande qui a porté préjudice aux professionnels ayant choisi de travailler dans le cadre légal et organisé. Elle a relevé, à ce propos, plusieurs problématiques dont souffrent les entreprises économiques dans les régions et relatives essentiellement à la bureaucratie, la centralisation et la faiblesse de l'infrastructure de base pour l'investissement.

La présidente de l'organisation patronale a fait remarquer que l'UTICA a demandé à plusieurs reprises de discuter ces questions afin de trouver les solutions possibles et efficientes pour sortir de la crise et réaliser la stabilité économique, sociale et sécuritaire escomptée mais en vain.

Elle considère que le retard des réformes et décisions difficiles que la Centrale patronale n'a cessé de demander mais lesquelles ont été entravées par les calculs politiques et électoraux, se répercute, selon elle, sur la situation générale du pays et le vécu du citoyen.

La présidente de l’Union Tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) est revenu sur les derniers événements qui ont secoué plusieurs régions de la Tunisie. Elle réaffirmé le droit de tous les Tunisiens à manifester pacifiquement tout en condamnant les actes de vandalisme, de pillage et d'agression contre les propriétés publiques et privées.

Bouchamaoui a, par ailleurs, salué les efforts des forces de sécurité et de l'armée pour faire face aux saboteurs et aux détracteurs de la loi afin de maintenir la sécurité et la stabilité du pays.

Elle appelé, également, au dialogue en invitant tous les partis politiques et organisations nationales à assumer leur responsabilité pour résoudre les différends et sortir de la crise, et ce sans aucun calcul partisan.

La proposition d’organiser un dialogue économique et social a été également évoquée par le mouvement Ennahdha pour apaiser les tensions sociales et définir une stratégie économique du pays qui favorise la croissance économique et prend en considération le pouvoir d’achat des citoyens.

UGTT: Une série de propositions seront annoncées

De son côté, le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Noureddine Taboubi, a réitéré jeudi le soutien de la centrale syndicale aux différents mouvements pacifiques organisés pour protester contre la hausse des prix, la détérioration du pouvoir d’achat des citoyens et l’augmentation du taux de la pauvreté et du chômage.

Toutefois, l’UGTT rejette toute protestation nocturne qui se dégénère en actes de violence et de vandalisme portant atteinte aux biens publics et privés, a-t-il souligné.

Le responsable syndical a également appelé le chef du gouvernement à annoncer, dans les prochaines heures, une augmentation du SMIG et des allocations accordées aux familles nécessiteuses ainsi que les pensions dérisoires qui ne dépassent pas dans plusieurs cas 70 dinars. Taboubi a aussi signalé l’impératif d’accorder davantage d’importance aux jeunes victimes d’abandon scolaire.

Suite à la réunion du bureau exécutif national de l’Union tenue ce jeudi, une série de propositions seront annoncées visant à préserver le pays de tout danger, a encore précisé la même source.

Taboubi a appelé par la même occasion les différents partis politiques à faire prévaloir l’intérêt du pays et à assumer leurs responsabilités notamment en cette conjoncture actuelle qualifiée de très difficile.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.