Troisième nuit de troubles en Tunisie: La soirée a été plus calme que les précédentes, indique le porte-parole du ministère de l'Intérieur

Publication: Mis à jour:
TUNISIA
Tunisian security forces track down protesters in the Ettadhamen on the outskirts of Tunis late on January 10, 2018, after price hikes ignited protests in the North African country. More than 200 people have been arrested and dozens of police hurt during clashes in Tunisia, the interior ministry said, as anger over austerity measures spilt over into unrest / AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Pour la troisième nuit consécutive, les actes de violence et de vandalisme se sont poursuivis avec des scènes analogues à celles de mardi soir. Les arrestations se sont succédées menant le nombre d'interpellations à plus de 500 en deux jours.

D’après le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khalifa Chibani, 328 personnes ont été arrêtées pour des vols, pillages, incendies volontaires et blocages de route commis durant la nuit du mercredi à jeudi. “Sept autres individus sont actuellement recherchés”, a-t-il précisé sur les ondes de Mosaïque Fm en ajoutant que le recours aux décentes n’a pas encore eu lieu.

Chibani a fait savoir qu’un poste de sécurité et une maison appartenant à un sécuritaire ont été incendiés à Thala, un bus des transports publics a été incendié à l’entrée de la ville de Chorbane et deux citoyens ont été braqués à l’épée et leurs motocyclettes volées dans la région de Ben Arous. Il a ajouté qu’il y a eu des tentatives de pillage de magasins.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a indiqué, par ailleurs, que 10 voitures de police ont été endommagées et 21 agents de sécurité avaient été blessés à travers le pays.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des heurts ont de nouveau eu lieu dans plusieurs villes du pays, dont Siliana, Kasserine, Sousse, Tebourba et Cité Ettadhamen, rapporte Mosaïque Fm.

À Siliana, des jeunes ont jeté des pierres et des cocktails Molotov sur les forces de l'ordre, et tenté de s'introduire dans un tribunal, a constaté un correspondant de l'AFP. La police avait riposté par des tirs de bombes lacrymogènes.

Des jeunes de Kasserine ont tenté de bloquer les routes avec des pneus en feu et ont jeté des pierres sur des agents sécuritaires qui ont riposté en lançant des bombes lacrymogène, précise Mosaïque Fm.

Des échauffourées ont également eu lieu dans certains quartiers de Tunis notamment à Cité Ettadhamen et Cité Assalema à Zahrouni.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.