Lors d'une conférence de presse, Hamma Hammami s'emporte contre Ennahdha et Nidaa

Publication: Mis à jour:
Imprimer

En marge d'une conférence de presse donnée jeudi par le Front populaire en réponse aux accusations qui lui sont faites, notamment par le chef du gouvernement, de faire preuve d'irresponsabilité et par d'autres d'autres partis d'être derrière les actes de vandalisme, Hamma Hammami a tancé la coalition au pouvoir mais surtout le parti Ennahdha (À partir de 24:04 dans la vidéo ci-dessus).

En effet, après être revenu sur la nécessité de continuer à être mobilisés pacifiquement et avoir renvoyé les actes de vandalisme à la coalition au pouvoir, le leader du Front Populaire a affirmé n'avoir de leçons à recevoir de personne.

"Qui donne des leçons au Front Populaire? Ceux qui ont utilisé de l'acide pour brûler des gens? Ceux qui ont tué Nagdh? Ceux qui ont attaqué l'UGTT en 2012? Ceux qui sont derrière les évènements de Siliana en 2012? (...) Ceux qui ont nourri le terrorisme?" s'est interrogé ironiquement Hamma Hammami en référence au parti Ennahdha.

"C'est eux qui vont donné des leçons au Front populaire, qui lui n'a jamais utilisé de couteaux, d'acide ou d'armes? (...) Ils n'ont que la culture de la mort et la culture de la violence" s'est également emporté Hamma Hammami.

Après avoir terminé son pamphlet contre Ennahdha, il s'emporte contre Nidaa Tounes: "De qui devons nous prendre des leçons? De ceux qui règlent leurs problèmes à coups de Bâtons à Hammamet?" en référence au congrès ayant scellé la scission entre deux clans du parti.

"De qui devons nous prendre des leçons? De ce qui s'accusent de corruption, de traitrise?" a-t-il ajouté avant de s'en prendre au chef du gouvernement: "De qui devons nous prendre des leçons? De Youssef Chahed qui parle des réseaux de contrebande et de corruption? Mais qui l'a mis au pouvoir lui?".

En marge d'une visite de terrain à El Batan, dans le gouvernorat de La Manouba, le chef du gouvernement Youssef Chahed avait critiqué "l'irresponsabilité de certains politiciens" qui selon lui, incitent au désordre. Il s'en est particulièrement pris au Front Populaire, soulignant que ce dernier avait voté pour l'augmentation de la TVA.

"Ce parti a voté pour la hausse de la TVA, et puis on le retrouve protestant dans la rue. Ceci n'est pas responsable" s'était-il emporté.

Intervenant mercredi soir sur France 24, Hamma Hammami avait répondu en indiquant que "le chef du gouvernement veut cacher son échec, celui de son gouvernement et celui de la coalition au pouvoir" en accusant le Front Populaire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.