Troubles sociaux en Tunisie: La France et le Canada appellent leurs citoyens à la prudence

Publication: Mis à jour:
TUNISIA PROTEST
TUNIS, TUNISIA - JANUARY 10: Tunisians security forces take security measures during a protest against price hikes at Tebourba neighborhood of Tunis, Tunisia on January 10, 2018. (Photo by Yassine Gaidi/Anadolu Agency/Getty Images) | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

Alors que la Tunisie est sous tension suite aux contestations sociales qui agitent le pays, accompagnées par des actes de violence, les appels à la vigilance se succèdent de la part des pays étrangers qui consignent leurs citoyens résidant en Tunisie ou comptant y aller à la prudence.

"En ce début d’année, et depuis quelques jours, la Tunisie connaît, dans différents centres urbains, des mouvements sociaux qui sont susceptibles d’avoir des répercussions indirectes sur des tiers: occupation, voire blocage, des axes de circulation, groupes qui s’en prennent à des commerces ou à des bâtiments publics.

L’Ambassade et le Consulat général de France rappellent à cette occasion leurs consignes de prudence (...)", appelle l'ambassade de France en Tunisie en envoyant ce mail à ses citoyens en Tunisie.

Le gouvernement canadien quant à lui évoque des risques de troubles civils et d'attaques terroristes en Tunisie. Il appelle ses citoyens à éviter les déplacement non essentiels, non seulement à Chaambi ou les zones frontalières, mais aussi à Kasserine, au Kef, Jendouba, le couloir routier reliant la ville de Kasserine via Sbeitla à Sidi Bouzid et toutes les régions du sud et à l'est des villes de Douz, Matmata Médenine, Nefta et Zarzis.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.