Vin, téléphone et baguette magique: Le ministre des Domaines de l'État Mabrouk Korchid défend la loi de finances

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le ministre des Domaines de l’État et des Affaires Foncières, Mabrouk Korchid, s'est légèrement emporté face aux questions qui lui avaient été posées sur les ondes de Radio Med.

"Les produits de consommation du Tunisien sont connus, et leurs prix n'ont pas augmenté. Vous voulez qu'on prenne en compte la bouteille de vin?" a déclaré le ministre.

Selon Korchid, la loi de Finances 2018 a pris en considération le pouvoir d'achat des plus pauvres, et n'a aucun impact sur les prix des produits de première nécessité.

"Je le dis et je le redis, même si cela ne plait pas à tout le monde, la loi de Finances a bel et bien considéré le pouvoir d'achat de la classe populaire. Ce qu'elle n'a pas pris en compte, c'est les mesures complémentaires" a-t-il déclaré, ajoutant que les augmentations n'ont concerné que les produits de luxe.

"La viande, les légumes, les pâtes, le pain, tous n'ont pas augmenté. Les aliments classiques dont a besoin le Tunisien nécessiteux n'ont pas augmenté" ajoute Mabrouk Korchid, soulignant que même si on considère que la consommation des Tunisiens a évolué, et que les achats quotidiens ont changé, il n'en demeure pas moins que les augmentations de prix du reste des produits n'est pas importante, et ne dépasse pas les 10%.

"Que voulez vous qu'on fasse? Nous n'avons pas de baguette magique" a-t-il ajouté.

Répondant à la question de l'augmentation du prix des recharges pour les téléphones mobiles, Korchid estime que cela ne fait pas partie des nécessités et que "le Tunisien n'a pas besoin de téléphone".

"Je viens d'une région rurale, et je sais de quoi je parle. Le téléphone n'est pas nécessaire pour les Tunisiens" a-t-il ajouté.

"Le panier du Tunisien contient de la viande, des légumes ainsi que les aliments classiques. Que voulez vous de plus? Une bouteille de vin?" a-t-il répondu à la question du changement des habitudes alimentaires du Tunisien.

Il a par ailleurs souligné qu'il est insensé d'établir toute une loi de Finances, pour ensuite l'annuler, admettant que les prix ont nettement augmenté ces 5 dernières années en Tunisie, notamment à cause de l'augmentation de prix des produits d'importation, ou encore à cause de la détérioration de la valeur du dinar.

Lundi, en marge d'un déplacement à Kasserine, le ministre du domaine de l'État et des affaires foncières Mabrouk Korchid, a indiqué ne pas comprendre pourquoi les pauvres protestent contre la hausse des prix: "Je suis étonné. Les hausses (des taxes) concernent les riches et c'est les pauvres qui protestent" avait-il indiqué.

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.